Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/199

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
163
HI-HÎR

d’adj. (soit celt. *bleinyo- pour *bleid-n-yo-) dér. du radical d’où est issu bloaz. V. ces mots, et cf. léné et warléné.

Hi, elle : soit une forme primitive *si, fm. du démonstratif *syo- > sk. syâ, etc., auquel se rattachent également les formes féminines ag. she et al. sie. (Ici l’aspirée est étymologique ; cf. .)

Hibil, s. m., variante de ibil. V. ce mot.

Hiboud, s. m., murmure, délation : pour ibout < imbout, abstrait de l’empr. fr. imputer « dénoncer »[1]. — Ern.

Hîk, s. m., hoquet, cf. ag. hiccough. Onomatopée.

Higen, s. f., hameçon, mbr. iguenn, corn. hyc, cymr. kig et hig-ell id. : parait emprunté (avec ë devenu régulièrement celt. î) à un germ. très ancien *hëga > vhal. hàgo > al. haken « croc », cf. ag. hook.

Higolen, s. f., pierre à aiguiser, mbr. hygoulen, corn. ancien ocoluin, cymr. ogalen et hogalen id. : soit un celt. *ak-ulènà dér. de rac. AK, cf. gaul. ac-aunu-m « pierre » et cymr. hog-i « aiguiser ». V. sous ék.

Hili, s. m., saumure (aussi héli), cymr. heli id. : soit un celt. dér. ^sal-ïn-, issu de la même rac. que holen ; cf. le dér. lat. salïnae pl.

Hiliber, s. m., corme, sorbe : composé de pér, et de mbr. illy « sorbier », d’origine inconnue, mais qui se laisse vaguement rapprocher de hirin et iliô (ce sont tous noms de plantes à baies).

Hillik, s. m., chatouillement : abstrait d’un empr. bas-lat. (avec chute de l’initiale comme dans inam et autres) *tillicàre, écourté de *titillicàre, fréquentatif de titillàre « chatouiller ». — Conj. Ern.

Hiṅkané, s. m. f., cheval ou jument qui va l’amble. Empr. fr. ancien altéré haquenée, qui a le même sens.

Hiṅkin, s. m., pointe du fuseau, chandelle de glace : dér. de ehk avec fausse aspiration (extrémités effilées et longues). V. ce mot.

Hiṅcha, vb., montrer le chemin : dér. de hent[2].

Hini, celui, celle, cymr. hyny, démonstratif secondairement dér. du même radical que ann. V. ce mot et cf. hoàt.

Hinnôa, vb., braire. Empr. lat. hinnïre « hennir ».

Hiṅviz, s. f., variante plus ancienne de hiviz.

Hir, adj., long, corn. et vbr. hir, cymr. hir, vir. sir, ir. sior, gael. sïor id. :

  1. C’est donc le second sens qui est le primitif. Le premier vient de la contamination de boud. V. ce mot et hirvoud.
  2. Très régulièrement, pour *hentya, par métaphonie de e eu i devant un suffixe contenant la semi-voyelle dï, et changement normal du groupe t + y en ch.