Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/205

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
169
CHOUM-C’HOARVKZOUT

Choum (L.), vb., variante de chomm.

Chourik (V., C), s. f., bruit de frottement. Onomatopée ?

Chugein (V.), vb., sucer : dér. d’un mot *chug = mbr. sug, « suc, jus », corn. syg-an, cymr. sug. Empr. lat. sûcus « suc », et cf. fr. sucer et br. sùn (= cheunein V.). Le tout compliqué d’onomatopée.

Chuchuer, s. m., musard, tatillon. Empr. fr. ancien *chuchilleur, « chuchotant, balbutiant » ? Ou onomatopée plaisante ?

Chupen, s. f., veste (aussi jupen). Empr. fr. ancien Jupe (en tant que vêtement masculin).


C'H

C’hoalen, s. m., sel : pour *hoalen, variante métathétique de haloen. V sous holen et cf. l’évolution de môger.

C’hoanen, s. f., puce, cymr. chwain pl. : paraît dér. d’une rac. SWI « disparaître » (cf. al. schwinden, etc.), de même que a£. fiea et al. floh t< puce » se rattachent à la rac. germ. qui signifie « s’enfuir ».

C’hoaṅt, s. m., désir, mbr. hoant, corn. whans, cymr. chwant, vir. sant, gael. sannt id. : d’un celt. *swand-iio- ppe passé de rac. SWAD « être agréable », sk. scàd-à « doux », gr. *σϝᾱδ-ύ-ς (swâd-u-s) ἁδός (ados) ἡδύς (hêdus) id. et *σϝανδ-άν-ω (swand-an-ô) ἁνδάνω (handanô) « je plais », lat. suāvis ( *suād ui-s, cf. suādère « persuader »), germ. *swôt-i- <( doux », d’où ag. sweet et al. sites, etc.[1]

C’hoar, s. f., sœur, mbr. hoar, corn. huir, cymr. chioaer, vir. siur etjlur id. : d’un celt. *swesor- identique au sk. svàsâ et au lat. soror, et cf. ag. sister, al. schwester> vsl. sestra. etc. (ne manque qu’au grec).

C’hoari, s. m., jeu, cymr. chvoar-aua jouer »etcf. vir. fuir- ec « festin » : supposent un vb. celt. *sicer-ô, « je chante, je fais du bruit, je m’amuse », etc., dér. d’une rac. SWER « bruire », sk. svàr-a-ti <( il bruit », lat. su-surr-u-s « murmure », got. swar-an « bruire »[2], secondairement al. schwirr-en « bruire » et schwar-m « essaim » = ag. sioarm. Cf. choarz.

Choarvézout, vb., arriver, survenir, corn. wharfos id. : avec aspiration prothétique[3] . V. sous war et béza, et cf. cymr. cyfar-fod « assemblée ».

  1. Aucun rapport dès lors avec koaṅt, mais il serait surprenant que l’étymologie populaire n’en eût pas établi.
  2. Passé au sens de « parler » ou similaire, dans ag. to an-swer « répondre » et to swear = al. schœôr-en « jurer ». — Cf. toutefois cymr. gœarae « jeu ».
  3. On trouvera dans quelques-uns des mots suivants d’autres exemples du même phénomène ; cf. Eruauit, Mém. Soc, Llng*, X, p. 334. — Quant a la formation, on peut comparer le fr. sur-venir.