Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/208

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
172
IA-IÉÔ
I

Ia, oui, cymr. ie, cf. gr. « en vérité », got. ja, ag. yea (> y es) et al. ja, lit. je et ja, particule affirmative. Cf. aussi iéz.

Iac’h, adj., bien portant, corn. et cymr. iach, vbr. tac id. : d’un celt. *yakko-, cf. sk. yâç-as « prospérité » et yaç-âs « prospère », gr. ἄϰ-ος ; « remède » et ἰά-ο-μαι « je guéris »[1].

Ialc’h, s. m., bourse : soit une dérivation de forme indéterminable sur un radical *pell- qu’on trouvera sous 2 lenn (objet en cuir). — Conj.

Iaou, s. m., jeudi. Empr. lat. Ioois diê$].

Iaouank, adj., jeune, mbr. youanc, corn. iouenc, cymr. ieuangc. gaul. lovincillo-s n. pr., vir. oac, etc. : d’un celt. *yownko$ t cf. sk. yuoàn et yuvaçn « jeune », gr. Ὑάϰινθος n. pr., lat. juven-i-s « jeune » et juven-cu-s « jeune taureau », got. jugg-s, ag. young et al. jung (tous contractés d’un germ. *ynwuhga- identique au lat. juvencus), lit. jaùnas, etc.

Iaouher, adj., puîné, cadet, mbr. youaer « jouvenceau » : dér. du radical *yuv- du mot précédent.

Iâr, s. f., poule, mbr. et corn. yar, cymr. iâr, vbr. iàr, mir. eirin, ir. eireog, gael. eireag id. : soit un celt. *yur-o- ou *yarà, qui n’a nulle part d’équivalent sûr, sauf peut-être en balto-slave.

Iaren, s. f., quenouillée : métaphore tirée du précédent ?

Ibil, s. m., cheville, goupille, mbr. ebil, cymr. ebill, vbr. epill id. : d’un celt. *ak-willo-, à peu près identique au lat. aculeus « aiguillon » et à l’ags. awul > ag. awl « alêne », et dér. comme eux de rac. AK « pointu ». V. sous ék.

Iéc’hed, s. m., santé : dér. de iac’h. V. ce mot.

Ién, adj., froid, mbr. yen, exactement « glacial », cf. corn. iey, cymr. met iâen, vir. ai g et aig-red « glace », gael. oigh-re et d-eigh, etc. : dér. d’un celt. *yagi- « glace », qui ne se retrouve qu’en germanique, visl. jaki « glace » etjôkull « glacier », ags. gicel « glaçon », d’où ag. (ic-)icle.

Iéô, s. f., joug, mbr. yen, corn. ieu et ion, cymr. iau, ir. ugh-aim « attelage » : d’un celt. *yug-o-, dér. de rac. YUG, « joindre, atteler », sk. yug-a « joug » et yu-nâ-k’ti yuhk-té « il attelle », gr. ζυγ-ό-ς  ; et ζεύγ-νῡ-μι, lat.

  1. Rapports très obscurs, et l’i long du gael. et de l’ir. (vir. iœalm, gael. toc) complique encore la question.