Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
184
LES-LEURl


Les-, particule (dans leshanô « sobriquet », les-vâb « beau-fils », etc.), cyrar. %*-, vir. less-, ir. etgael. leas- id. : d’un celt. *#«-« o- « blâme », dér. de rac. LEÏD t blâmer » ; cf. mir. lâidh-i-m « je réprimande », gr. λοιδ-ορέω « j’injurie » et λαιδ-ρό-ς « insolent », sans autre répondant.

Leski, vb., brûler, mbr. lesquiff, corn. losc « brûlure », oymr. llosg « incendie » et llosgi « brûler », vir. losc-ud, ir. losc-adh et gael. losg-adh « combustion » : soit un celt. *loskô « je brûle », pour *lop-skô t dont la rac. se retrouve avec vraisemblance dans le groupe bal tique (lelt. lapa « torche », etc.) et dans le gr. λάμπ-ειν « étinceler ».

Léspôz, adj., déhanché, cf. pôzlést (T.) id. : exactement « à qui la hanche pèse ». V. sous 2 lèz et poéz (ce dernier contracté).

Lestr, s. m . , navire, vaisselle (pl.lisiri), corn. lester (pl.listri), cymr. llestr, vbr. lestir, vir. lestar « écuelle » : soit un celt. *lestro- auquel on ne connaît pas ombre d’équivalent ailleurs.

Léton, létoun, s. m., jachère, gazon, cf. mbr. leter « litière », qui naturellement est empr. fr. 1 — Étym. inc.

Leûé, s. m., veau, mbr. lue, corn. loch, cymr. tto, vbr. to, vir. làeg, ir. et gael. laogh id. : d’un celt. *loig-o-( ?) t qui peut signifier « sauteur » (sk. réj-, got. làik-an, lit. laig-yti <( bondir »)ou « lécheur » (sk. rih- et lih-, gr. λείχ-ω, ag. to lick, al. lecken « lécher »), etc. Cf. loa.

Leûn, adj., plein, corn. leun et Ze/i, cymr. llawn, vbr. laun, vir. W/i, ir. lân, gael. /an id. : d’un celt. */âno-, pour *p/â-no-, qui est, comme sk. pur-nà et lat. plê-nu-s, un ppe passé de rac. PELA « remplir » ; sk. pipar-ti « il emplit », etc. ; gr. πίμ-πλη-μι « j’emplis », πλή-ρης « plein » ; goX.full-s (pour *ful-n-s <*/)J-nd-«), ag./a/Z et al. po/Z « plein », etc.

Leur, s. f., sol, aire, corn. lor (voc. )>luer, cymr. llawr y vbr. Jaar, vir. Zdr, ir. /4r, gael. làr « sol » : d’un celt. *làro+ *larâ y pour *plà-rd, à peu près identique à ag.Jloo-rel zX.fiu-r « sol », tous dér. de rac. PLÀ « étendre » ; cf., avec un autre suff., lat. plà-nu-s et gaul. # /â-no-s, « uni, plane »*, etc. V. sous lédan une amplification de la même racine.

Leûri, vb., envoyer, mbr. leuariff id. : paraît être une dér. secondaire à rattacher au celt. *loudiô « je meus » (pour *ploud-iô, cf. vir, im-luad

[1]

[2]

  1. Le rapport est peu concevable. On songerait plutôt à l’emprunt d’une forme de moyen anglais possible +lei-toun (cf. ags. tûn « enclos » > ag. town « ville »), qui aurait eu le même sens que l’ag. actuel lay-land a jachère ».
  2. Dans Medioldnum « Milan », (la ville du) milieu de la plaine (lombarde) : nom fort répandu. V. sous émesk.