Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/233

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
197
MARZ-MÉL


2 Marz, s. m., frontière, mbr. mars. Empr. fr. ancien marche, lui-même empr. germanique, et cf. brô.

Mastara, vb., salir. Empr. fr. ancien matrasser « ébaucher ». — Conj.

Mastin, s. m., mâtin. Empr. fr. ancien mastin.

Mastokin, s. m., coquin : contamination de mastin et coquin.

Matez, s. f., servante, corn. maghteth > mahtheid, cymr. machteith id., vir. -macdacht « adulte » : d’un celt. *mag-wa-takta, dér. secondaire par rapport à got. mag-ath-s « jeune fille », ag. maid, al. magd « servante », cf. màdchen « jeune fille ». V. la rac. sous mâo et cf. mével.

1 Mé, je, moi : accusatif devenu nominatif. V. sous 1 ma.

2 Mé (V.), s. m., pétrin. Empr. fr. ancien mait > maie.

Méan, s. m., pierre, corn. men, cymr. maen, vbr. main id. : d’une forme celtique, qu’on peut rapprocher de lat. moen-ia « murailles », isolé.

Méar, s. m., maire, mbr. maer, cymr. maer, « intendant, administrateur », vbr. mair, etc. Empr. lat. major (d’où vient aussi fr. maire, dont l’influence sémantique a amené la restriction de sens en breton).

Méaz, s. m., campagne, mbr. maes, corn. mes, cymr. maes « champ » : d’un celt. *mag-es-tu-, dér. d’un celt. nt. *mag-es- « champ », corn. et cymr. ma, vir. mag, ir. et gael. magh, gaul. -magos dans un grand nombre de noms propres ; cf. sk. mah-i « la terre », exactement « la grande », dér. de la rac. qu’on verra sous maô. V. aussi amaû.

Médi, vb., moissonner, mbr. midiff, vbr. met-etic « moissonné » : soit un celt. *met-ô « je moissonne », lat. met-ere, cf. gr. ἀ-μά-ω, ag. to mow et al. mäh-en id., mat-te « prairie », ohmet « regain », etc.

Mégel, s. f., tique : pour bègel. V. ce mot[1].

Mégin, s. f., soufflet : variante de bégin, non sans influence possible d’empr. lat. machina qui est à la base de manouñer.

Mécher, s. f., métier. Empr. fr. (t + y > br. ch).

Méc’hi, s. m., morve : pour *moc’h-i, dér. du même radical que môc’h. V. ce mot, et cf. monkluz et la variante mic’hi.

1 Mél, s. m., miel, corn. et cymr. mel, vbr. mél, vir., ir. et gael. mil id. : d’un celt. *mel-i-, cf. gr. μέλ-ι (-ιτ-ος), lat. mel (meW-w), got. milrith.

2 Mél, s. m., moelle, sève : peut-être empr. lat. medulla[2], mais altéré

  1. À cause de la petite « boucle » que fait la piqûre. — Dans ce mot et le suivant, le changement b > m est inverse de celui de bagol, etc., mais procède de la même cause.
  2. Le cymr. mêr indiquerait plutôt un empr. germanique : ags. mearh > ag. marrow.