Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/267

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
231
RAVESKEN-RÉGI

Ravesken (C.), s. f., synonyme de haṅvesken (V. ce mot) : soit donc *ra-haṅv-hesk- « stérile depuis plus d’une année ». — Ern.

1 Râz, s. m., rat. Empr. bas-lat. rattus.

2 Râz, s. m., chaux. Empr. lat. rasis « poix crue ». — Douteux.

3 Râz, s. m., détroit, courant en contre-marée : identique au suivant, au sens de « rasure, râclement des contre-courants ». — Conj. Ern.

4 Râz, adj., ras, plat, uni (aussi ràc’hV.) : abstrait de mbr. razaff (rahein V.) = cymr. rhath-u, « gratter, racler », le tout se ramenant à un celto-lat. *raz-dô « je racle », d’où procède aussi lat. râdô, sans autre équivalent sûr. V. un dér. secondaire sous rozel.

1 Ré, dans ar ré « ceux », va ré « les miens », etc., cf. cymr. rhai et rhyw « quelques-uns » : d’origine obscure et compliquée de contamination.

2 Ré, s. m., paire : identique au précédent[1].

3 Ré, trop : variante de ra pris au sens intensif. V. ce mot.

Réal, s. m., cinq sous. Empr. espagnol real.

Rébech, s. m., reproche, remords. Empr. fr. ancien rebecher « reprocher » < rebrecher < lat. rubricàre « marquer [une faute] à l’encre rouge ».

Rébet, s. m., violon. Empr. fr. ancien altéré rebec.

1 Réd, s. m., cours, course, flux, cymr. rhed « course » et rhed-u < courir », vir. reth-i-m « je cours », ir. riothaim et gael. ruith id. : d’un celt. *ret-o « je cours », lit. rit-u « je roule », et cf. la rac. RET fléchie sous rôd.

2 Réd : adj., nécessaire ; s. m., nécessité ; corn. reys et rès, cymr. rhaid id. : d’un celt. *ra-tyo-, qu’on peut ramener à rac. AR, « ajuster, mettre en ordre », ppe sk. ṛ-tá « ordre immuable » et ṛ-tú « saison », gr. ἀρ-αρ-ίσϰ-ω « j’ajuste », lat. ar-tu-s « articulation », etc.

Réga, vb., fouir, tracer de petits sillons : dér. de mbr. et vbr. rec « sillon », cymr. rhych et vir. -rech id., d’un celt. *riko-[2] et *rikko-, qui lui-même se ramène à un i.-e. *prko-, lat. porca « le rehaut entre deux sillons », ags. furk > ag. furrow, et al. furche « sillon ».

Régez, s. m., braise, corn. regihten, cymr. rhysod, vir. richis id. L’extrême dissemblance de ces formes ne permet pas de les ramener à l’unité.

Régi, vb., déchirer : variante probable de réga « sillonner ».

  1. Ré est pris pour marque de pluriel, en sorte que la locution eur ré indique que l’objet est à la fois unité et pluralité. Au surplus, le cymr. rhyw est un substantif qui signifie proprement « espèoe ».
  2. Ou féminine, soit gaulois latinisé *rica, d’où viennent ital. riga « ligne », fr. raie et rigole, etc.