Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
235
ROC’H-ROUEZ


RocTi, s. f., rocher, cf. fr. roc et roche. — Étym.inc. *.

Roc’ha, vb., ronfler, râler, cf. cymr. rhock « grognement », gael. roc « voix rauque » : contamination, sous la forme *rocc-âre, des empr. lat. roncâre, « grogner, ronfler », et raucàre « émettre un son rauque » ; cf. ag. rook « freux ». V. aussi raouia, roûkeleX roûken.

Roll, s. m., rôle, rouleau. Empr. fr. ancien rolle.

Rollec’h, s. m., ornière (rod-lec’h). V. sous rôd et léac’h*.

Ronkel, s. f., râle (aussi roc’hken V.). Cf. roc ha.

Ronken, s. f., glaire (qui enroue). V. sous roc ha.

Ronsé, s. m., cheval, mbr. roncet et roncin. Empr. fr. nasalisé roussin, et cf. en fr. même (Bas-Maine) rose Dn. V. sous befidel. Rob, s. m., tertre, cymr. rhosu plateau nu », vir. ross, « promontoire, bois », ir. et gael. ros « promontoire » : d’un celt. *rosto-, pour *pro-st-o-, « qui se tient en avant, qui prédomine » (cf. sk. prastha « plateau »), composé de préf. *pro- et rac. STÂ. V. sous *ra- et saô. Rôst, s. m., rôti. Empr. fr. ancien rost (d’où aussi ag. roast). Rouanez, s. f., reine, pervenche, clématite (sobriquet) : fm. refait sur une base *rouan-, soit celt. *rëg-enâ (mais la concordance vocalique est en défaut), à peu près identique au lat. rëg-ïna fm. de rëx. V. sous roué. Rouanv (V.), s.f., variante dialectale de roéûo. Rouden, s. f., raie, marque : contamination d’un dér. de rôd, soit « ornière », avec l’empr. fr. route au sens de « trace, sentier ». Roué, s. m., roi, mbr. roe, corn. ruy et ruif, cymr. rhwyf, gaul. -rîx et -rëx à la fin de beaucoup de noms propres : soit un celt. *rëg- > *rïg- y sk. râj et ràj-an « roi », lat. rëx, vir. ri (gén. rig), got. reik-s « chef » (empr. celt.), d’une forme allongée de la rac. qu’on trouvera sous reiz.

Roued, s. f., filet, corn. ros, cymr. rhwyd, vbr. pl. roit-ou. Empr. lat. rëtia « filets », pl. nt pris pour un fm. sg.

Rouez, adj., clair, rare, cymr. rhwydd, vbr, ruid, « vide, libre », vir. réid, ir. et gael. réidh « uni » : proprement « chevauchable, carrossable », d’un celt. *reid-i-, cf. got. ga-râid-s « bien disposé », ag* read-y et al. be-reit <( prêt » ; tous issus de rac. REIDH, cf. ag. to ride et al. reiten

[1]

[2]

  1. Ag. rock est sûrement empr. fr. roc, et ir.-gael. roc peut fort bien être empr. ag. rock. Dans ces conditions, il est impossible de savoir si le roman rocca vient du celtique, ou « i br. roc’ h, malgré son e’/i, est empr. fr. roc.
  2. « Place de la roue ». Mais néanmoins contamination évidente de rolla « rouler ».