Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/277

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
241
SKELTREN-SKLAS

Skeltren, s. f., éclat de bois fendu, trique : se rattache à une forme d’une des racines qu’on trouvera sous faouta. Cf. skirien.

Skeûd, s. m., ombre, apparence, corn. scod, cymr. ysgod, vir. scàth, ir. sgâth, gael. sgàth id. : d’un celt. *skat-o- i que reproduisent, à des degrés divers, gr. σϰότ-ο-ς « obscurité » (cf. gr. σϰιά et sk. chayà « ombre »), got. skad-u-s, ag. shadeetshad-ow, al. schatt-en « ombre ». Cf. gwasked.

Skeûl, s. f., échelle, cymr. ysgol. Empr. lat. scala > fr. eschelle.

Skéveṅt, s. m., poumon, corn. skephans et scevem, cymr. ysgyfainty ir. scaman > sgamhân, gael. sgamhan, « foie, poumon »[1] : dér. de la forme qui est devenue en br. skan. V. ce mot.

Skiaṅt, s. f., science, intelligence, corn. sceans. Empr. lat. scientia (très ancien, vu la prononciation purement gutturale du c).

Skiber (C.), s. m., hangar, cf. cymr. ysgubor « grange » qui se rattache à br. skuba : dér. d’un empr. ags. scyf-en, de même famille que ags. sceoppa > ag. shop > fr. échoppe.

Skidi, vb., défricher (enlever des souches) : dér. de skôd.

Skilf, s. m., griffe, défense, mbr. pl. squilf-ou> par métythèse de squifl-eu ; cf. cymr. ysgwfl « prise » et ysgyfl-u « saisir », sans équivalent précis[2], et même le vocalisme ne concorde pas. V. aussi skoul.

Skiliô, s. m., hièble : soit skaô + évl (ce dernier empr. lat. eb’lum « hièble », et cf. ces deux mots), ultérieurement contaminé de iliô « lierre », le tout avec violente contraction ; ou simplement syncopé de *skil-iliô[3] (Loth).

Skiltr, adj., éclatant, sonore : dér. d’un radical *skilt-, peut-être pour *sklit-, qui rappelle le fr. esclat-er, également d’origine peu claire.

Skîn, s. m., rayon de roue, etc. Empr. germanique *skina « aiguille », d’où aussi al. schien-bein « tibia » (os allongé) et fr. eschine.

Skiña, vb., éparpiller, mbr. squignet « épars », cf. aussi stigna « étendre » (> stéña, sous stéñ) : contamination d’empr. lat. extendere « étendre » et scindere « diviser ». — Conj. Ern.

Skirien, s. f., attelle, gourdin, vbr. scirenn : dér. probable de la rac. qu’on trouvera sous skarza au sens de « fendre ». Cf. skeltren.

Sklas, s. m., glace légère, verglas, mbr. sclacenn, etc. Empr. fr. altéré glace (avec s prothétique, cf. quelques-uns des suivants).

  1. Viscères beaucoup plus « légers » que la chair.
  2. Ou songe au germanique (ag. claie, al. klauc), qui présente à peu près les mêmes éléments dans un ordre différent : en ce cas, il l’aurait emprunt ; mais de qui à qui ?
  3. Qui signifierait « lierre d’abri » ; le cymr. a un mot ysgil « retraite ».