Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/284

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
248
SOMMONA-SOUNN


Sommona, vb., assigner en justice. Empr. fr. ancien semondre <*semonre < bas-lat. *summônere < lat. submonère.

Son, s. m., son, chanson, corn. son « son ». Empr. lat. sonus.

Sorc’hen, s. f., rêverie, radotage. Empr. ags. sorg et sorh « souci » (> ag. orrow). V. sous serc’h. — Conj. Ern. (peu probable).

Soroc’h, s. m., cri du pourceau, bruit sourd. Onomatopée.

Soroc’hel, s. f., vessie de porc gonflée : contamination par le précédent de l’empr. bas-lat. *syrincella ou *syringella, « petit tuyau, corps creux en général », dimin. de syrinx empr. gr.. Cf. strinkel.

Souba, vb., tremper, imbiber, baigner : originairement « tremper la soupe », dér. de *soup- > *soub-. V. les deux suivants.

Souben, s. f., potage : dér. d’empr. fr. soupe.

Souberc’h, s. m., neige fondue ou qui tombe à demi fondue : composé de *soub- eterc’h. V. ce mot et les deux précédents.

Soubla, vb., baisser, incliner, mbr. soublaff^ cf. mbr. soupl > soubl, « agile, qui se ploie », etc. : dér. d’empr. fr. souple.

Souez, s. f., surprise, admiration (aussi souéc’h V.). Empr. lat. stupèdô « stupeur », contaminé peut-être de stupefactus[1]. Cf. sébéza.

Soucha, vb., se tapir, s’accroupir (aussi choucha) : contamination possible de soub la et de pucha, ou de soub la avec empr. fr. coucher, ou cf. fr. se jucher avec changement de sens. — Aucune donnée ferme.

1 Souc’h, s. m., soc, corn. soch (voc.) > xôh, cymr. swch id. : le même mot que br. houc’h « porc > groin » (à cause de la forme de l’instrument -qui affouille), mais contaminé d’empr. bas-lat. *soccus[2].

2 Souc’h, adj., émoussé : soit un celt. *stukko-, pour *stug-nô- « froissé », rac. STUG, cf. sk. tunj-à-te, « ils brandissent, lancent, poussent », etc., ag. stock « tronc » et al. stock « gourdin », ags. stycce et al. stûck « morceau », sans équivalent assuré ailleurs. — Conj.

Souin, s. m., jeune porc Empr. lat. suînus « de porc »[3].

Soul, s. m., chaume (aussi seul V.), corn. soûl > zoul, cymr. soft. Empr. lat. stipula > *stupula ou *stupila > *stubla. Cf. ag. stubble.

Sounn, adj., droit, d’aplomb, ferme, mbr. sonn, « arrêté, sans mouvement »,

  1. Pour expliquer l’aspirée vannetaise au lieu de a. Ou se ramenant, avec vir. socht-aim « je me tais », ir. et gael. sochd a silence », à une base celt. *stup-to-, dont la rac. est la même que celle du lat. stup-ëre (Loth).
  2. Lui-même évidemment gaulois latinisé. »
  3. Ou ags. swin > ag. swine, qui est aussi empr. lat.