Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/290

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
254
STLAON-STOURM


Stlaoṅ, s. m., frai d’anguille, cf. cymr. slowen et yslywen « anguille » : ce mot et sili paraissent être des variantes différenciées d’un celt. *slangwina (empr. germ. ?), dont la base est la même que celle de bas-al, slang et al. schlange « serpent », sans autre équivalent. — Rhys.

Stlapa, vb., jeter, lancer. Empr. ags. probable[1].

Stléja, vb., ramper, cf. vir. slind-a poli » et slâet « glissoire » : dér. d’une rac. SLIDH ce glisser », d’où ags. slîd-an > ag. to slide, lit. slid-à-s « lisse », slyd-au « je glissai » et slystu « je glisse ». Cf. aussi lifitr.

Stleûk, s. m., étrier. Empr. fr. altéré estrieu[2].

Stlôak, s. m., cendre à lessive ; cf. al. moderne aus-laug-en « lessiver les cendres, etc. » pour en extraire le principe détachant[3].

Stloné, s. f., grand plantain. Cf. stlaûvesk.

Stok, s. m., choc, pulsation (d’où stoker « trébuchet » et stokirez « ratière ») : abstrait d’empr. fr. choquer et toquer (ital. toccare « toucher »), contaminés en outre de fr. estoc, « souche, tige ».

Stôl, s. f., étole, bande d’étoffe (d’où stôliken, « lisière d’enfant, barbe de coiffe »), corn. stol, cymr. ystola. Empr. lat. stola « robe ».

Stonn, s. m., herbe à brûler. Empr. fr. ancien altéré estoute, «éteule, chaume », du lat. stipula. Conj., et cf. soûl.

Storéen, s. f., courroie, fouet à sabot : pour *skoréen (lat. ex corio « de cuir »), cf. skourjez et korréen. — Conj. assez hasardée.

Stou, s. m., inclinaison, mbr. stouff, etc., cf. cymr. ytstwng « dépresssion », vir. stdag « arche » et tuag « arc » : semble le produit d’une confusion celtique des deux radicaux *stig- « faire un mouvement ascendant ou descendant » (rac. STIGH, gr. στείχ-ω, got. steig-an, al. steig-en « monter », etc.) et bug- « courber » (rac. BHUG, gr. φεύγ-ω et lat. fug-iô « je dévie > je fuis », cf. got. biug-an, ag. to bow et al. bieg-en, br. bouk et bouch) cf. en outre ag. steep « en pente » et to stoo-p « s’accroupir ».

Stouf, s. m., bouchon (d’où stou/a « boucher »). Empr. lat. stuppa (d’où fr. étoupe et al. stop/en « bourrer »), et cf. fr. estouffer.

Stoup, s. m., étoupe. Empr. fr. estoupe, et cf. stouf.

Stourm, s. m., bataille, assaut, tourmente (aussi storm). Empr. ags. storm > ag. storm « tempête », et cf. al. sturm.

  1. Cf. ag. slappe > slap « coup violent », d’où aussi br. stlafad « soufflet » par contamination de stafad. V. ce mot.
  2. Influence de stlaka « claquer, bruire » ? — Conj. Ern., d’autant plus légitime qu’il y a une variante stlev beaucoup plus rapprochée du fr.
  3. Empr. peu vraisemblable : par où le mot serait-il venu ?