Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LEXIQUE ÉTYMOLOGIQUE

DES TERMES LES PLUS USUELS DU BRETON MODERNE


A
1 A, préfixe général de conjugaison, br., corn., cymr. : reste d’un ancien démonstratif celtique et primitif (sk. a- « ce ») jouant ici le rôle de pronom relatif, en telle sorte que des phrases du genre de Pér a ganô, Doué a garann, etc., doivent s’interpréter littéralement « [c’est] Pierre qui chantera, [c’est] Dieu que j’aime », etc. Cf. 1 é.

2 A, prép., v. g. leûn a zour « plein d’eau », etc. : peut représenter, soit un primitif *âpo (sk. âpa, gr. ἀπὸ, lat. ab, sl. po), « de, à partir de », soit la prép. primitive à laquelle répond le sk. a, « vers, à partir de », confondus pour la forme et le sens.

A-, préfixe de direction, cf. aba, abarz, abenn, etc., etc.: le même que la prép. précédente.

Ab, particule patronymique, cymr. ab « fils [de] »: écourté de mâb ou mâp« fils ». V. ce mot[1].

Aba, adv., prép., depuis : avec mutation douce, pour a-pa « à partir de quand ». V. sous a- et pa.

Abad, s. m-, abbé. Empr. lat. (accus.) abbatem.

Abaf, adj., étourdi., timide, stupide. Empr. au fr. popul. (le poitevin a un mot ébaffé « abasourdi »), mais avec un vague rappel du sens de bâv. V. ce mot, et cf. mbr. aboff « hésitation ».

  1. Un m initial, en principe, ne disparait jamais. Mais l’m de mâb a commencé par devenir v dans la locution courante Pezr vab Ælard « Pierre fils d’Élard », et similaires, qui exigeaient la mutation douce. Après quoi, le v initial est tombé, d’où Pezr ab Ælard « Pierre Abélard », comme dans azé issu de vazé, envor issu de *venvor, etc. V. ces mots, la chute constante du v initial est un fait actuellement constaté dans le parler de l’île d’Ouessant : ar éleien, « les prêtres » : da Rest « à Brest », etc.