Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXXXXGalien l’appelle , quelquefois , simplement livre des Maladies. d’autres fois , il ajoute qu’on lui donne à tort le titre de premier : notre deuxième est appelé premier' par Erotien , et par Galien premier livre des Maladies, le grand ; notre troisième est appelé second par Erotien , et par Galien deuxième livre des Maladies, le petit. Notre livre Des affections internes porte les différents noms de livre grand des Affections , livre sur les Collections purulentes de la poitrine , deuxième livre, le plus grand, sur les Maladies. Au reste, ces désignations étaient si variables et si confuses , que , pour ces traités , Galien transcrit souvent la première ligne afin qu’on sache positivement celui qu’il cite.

Le traité du Régime dans les maladies aiguës est appelé par Erotien livre sur la Tisane' ; par d’autres, livre contre les Sentences cnidiennes; par d’autres , livre sur le Régime ou, comme dit Cœlius Aurelianus, Diœteticus. Le traité que nous appelons sur le Régime portait , dans l’antiquité, deux titres différents , suivant qu’on en considérait à la fois les trois livres, ou seulement les deux derniers : dans le premier cas, il était intitulé livre sur ά Nature de Vhomme et sur le Régime, et, dans le second cas, livre sur le Régime * . La division en chapitres ou en livres est aussi l’œuvre des éditeurs et non des auteurs eux-mêmes. Rufus avait divisé les Aphorismes en trois sections , Soranus en quatre , Galien a suivi la division en sept , qui était probablement la plus ancienne, Etienne nous apprend que c’est Galien qui a partagé le Pronostic en trois sections. Apollonius de Cittium avait partagé le traité des articulations en trois parties ; Galien l’a partagé en^ quatre. Les anciens livres, tels qu’ils étaient sortis des mains des auteurs , ne portaient aucune ’ Gai., t. IV, p. 206, Ed. Basil.