Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


réellement d’Hippocrate ne contiennent rien qui y soit contraire, et l’impuissance, qui suit la section de la veine derrière les oreilles, est, dans le traité de l’Air, des Eaux et des Lieux, un indice de cette anatomie. Polybe, gendre d’Hippocrate, dont le morceau cité par Aristote se retrouve textuellement dans le traité de la Nature de l’homme, ne décrit pas autrement les veines ; dans le 2e livre des Épidémies, la description se rapproche de celle de Diogène d’Apollonie. Ainsi, tout ce qui est notoirement le plus ancien dans la Collection hippocratique, confirme le dire d’Aristote. Il faut donc voir un caractère de modernité relative dans le petit nombre d’écrits qui portent la trace d’opinions qu’Aristote a expressément revendiquées comme siennes.

Érasistrate avait embrassé l’opinion d’Aristote, car il avait dit dans le ler’livre de son traité sur les Fièvres que le cœur est l’origine à la fois des artères et des veines [1]. Et ailleurs : « La veine naît là où les artères, s’étant distribuées à tout le corps, ont leur commencement, et elle s’abouche dans le ventricule sanguin du cœur ; l’artère, de son côté, naît là où les veines commencent, et elle s’abouche dans le ventricule pneumatique du cœur [2]. » Ainsi, Érasistrate était bien près anatomiquement, bien loin physiologiquement, de la découverte de la circulation du sang ; car si, d’une part,

  1. Ἐρασιστράτου ϰαθ’ἓν βιϐλίον τὸ πρῶτον Περὶ πυρετῶν ἅμα μὲν ἀρχὴν ἀποφηναμένου ϰαὶ ἀρτηριῶν ϰαὶ φλεϐῶν εἶναι τὴν ϰαρδίαν.. Gal., t. Ι, p.304, Ed. Basil.
  2. Ἐρασίστρατός φησιν · ἡ μὲν φλὲψ ἐϰπέφυϰεν, ὅθεν περ εἰς ὅλον τὸ σῶμα διανεμόμεναι τὴν ἀρχὴν ἔχουσιν ἀρτηρίαι · συντέτρηται δὲ εἰς τὴν τοῦ αἵματος ϰοιλίαν. Ἡ δ’ἀρτηρία πάλιν, ὅθεν αἱ φλέϐες ἄρχονται πεφυϰυῖα, πρὸς τὴν πνευματιϰὴν τῆς ϰαρδίας συντέτρηται ϰοιλίαν. Gal., t. I, p. 436, Ed. Basil.