Page:Hippocrate - Œuvres complètes, traduction Littré, 1839 volume 1.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


sans doute vrai : mais la généalogie qui le rattache à Podalire de la guerre de Troie, à Esculape, à Hercule, est évidemment controuvée. La voici telle qu’elle est donnée par Tzetzès : Esculape , père de Podalire, père de Hippolochus , père de Sostrate, père de Dardanus, père de Crisamis, père de Cléomyttadès, père de Théodore, père de Sostrate II, père de Crisamis II , père de Théodore II , père de Sostrate III , père de Nébrus, père de Gnosidicus, père d’Hippocrate I , père d’Héraclide, père d’Hippocrate II, qui est le célèbre médecin.

Dans cette liste, Hippocrate est le 17e descendant d’Esculape. Soranus dit qu’il en était le 19e descendant ; et il ajoute qu’il rattachait aussi son origine à Hercule , à partir duquel il était le 20e. Ainsi la liste qu’avait consultée Soranus portait deux degrés de plus. Si on compte 33 ans par génération, on aura pour 17 générations 561 ans ; mais il en faut retrancher 33 pour la vie d’Esculape ; ce qui réduit le compte à 528 ans, lesquels ajoutés à 460, époque de la naissance d’Hippocrate, donnent pour la prise de Troie ou pour l’époque de Podalire, 988 ans avant J.-C. Cette date est plus récente que celle qu’admettaient la plupart des chronologistes grecs. La seconde liste donnerait pour la prise de Troie 1054 ans avant J.-C. Ces listes ne concordent ni l’une ni l’autre avec la généalogie des Héraclides qui régnaient à Sparte. Suivant la tradition, Léonidas, qui mourut aux Thermopyles, fut le 21e descendant d’Hercule ; et il était encore antérieur à Hippocrate de plus d’une génération. Je n’ai rapporté ces détails que pour montrer l’incertitude de ces listes du moment où l’on essayait de les reporter dans l’âge héroïque ; mais pour cet âge seulement ; car une liste copiée par Eratosthène a dû avoir de l’authenticité ; et, le témoignage de Platon prouvant qu’Hippocrate était un asclépiade, il faut croire qu’elle a été