Page:Hirsch - Un vieux bougre, 1908.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
236
UN VIEUX BOUGRE

— Comm’ça… vous cousez donc, ma’mselle ?

Mlle Youyou éleva l’étoffe en guise de réponse, et son dé scintillait dans un rayon. Le galant s’accouda, les pouces sous les lobes de ses oreilles. Elle éprouvait une joie et un regret de le sentir timide ainsi. Elle n’osait tourner les yeux de son côté, mais elle était lente à tirer l’aiguillée après la piqûre.

— Faudrait point que j’ vous gênerais, quand même ! dit Roubeau.

— Mais, vous n’ me gênez pas, monsieur Roubeau ! répliqua-t-elle.

Son visage dut exprimer plus qu’elle ne voulait, car le garçon, enhardi, passa, d’un trait, de la fenêtre à la porte :

— Si y a pas d’offense pour vous… on s’ caus’rait mieux d’dans…

Il continua, en se dandinant, et il s’inclina plusieurs fois, la main à son front, comme pour se découvrir, quoiqu’il n’eût pas de chapeau. Mlle Youyou le laissa balbutier et prodiguer les révérences, étonnée des détours qu’il prenait et de sa propre émotion. Elle le fut davantage d’avoir choisi ces mots sans le vouloir :