Page:Hirsch - Un vieux bougre, 1908.djvu/246

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XVII


Réconforté d’un coup de vin, Gaspard demanda son bâton. La Michel le lui apporta, disant :

— On va vous accompagner… mon homme ou ben le p’tit… à vot’ convenance…

Elle dissimulait mal, sous un air apitoyé, son contentement de le voir humble à son tour, au lieu de sa superbe et de sa violence. Il la fixa d’un regard dur, brillant, où la volonté reparaissait.

— On vous laiss’ra pas vous en aller tout seul, l’ grand-père… Michel, va avec ton grand-père, mon p’tit gas…

L’ancien ne l’avait pas quittée des yeux. Il répondit enfin :