Page:Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie.djvu/269

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XX


Amédée VII, le Comte-Rouge (1383-1391). — Fin de la période comtale de la Maison de Savoie et de la plus brillante époque du monastère d’Hautecombe.

Seul enfant survivant du Comte-Vert, Amédée VII, dit le Comte-Rouge, vint au monde au château d’Avigliana, le 24 février 1360. A l’âge de dix-neuf ans, il reçut en apanage, de son père, les seigneuries de Bresse et de Valbonne, et dut faire la guerre au sire de Beaujeu, qui lui refusait l’hommage. En 1382, le roi de France sollicitant des secours du comte de Savoie, Amédée VI lui envoya son fils à la tête d’une nombreuse troupe de cavaliers. Le jeune prince se distingua à Rosbecque contre les Gantois, revint ensuite à Bourg, où il avait sa résidence, et continua à guerroyer avec le dynaste voisin. C’est pendant ces démêlés, qui se terminèrent grâce à la médiation des ducs de Berry et de Bourgogne, que la mort de son père rappela à Chambéry pour prendre possession des États de Savoie. La paix étant signée avec le sire de Beaujeu, Amédée VII, toujours désireux de gloire et de batailles, retourna en Flandre, où se prolongeait la guerre de Charles VI contre les Anglais, et y conduisit sept cent lances de purs Savoisiens[1].

  1. Froissart, Chroniques.