Page:Histoire des premiers temps de la Grèce, Tome 1 (1822).djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


- DE LA GRÈCE. 545 avec Mériones, fils de Molus, qui, suivant quel ques auteurs, étoit frère d’Idoménée ; mais d’autres disent qu’il étoit fils de Minos. Il avoit quatre-vingts vaisseaux (1). · Tlépolème, l’un des fils d’Hercules, amena aussi quelques troupes de l’île de Rhodes ; cette île, voi sine du continent de l’Asie mineure , avoit déjà reçu un grand nombre de colonies. Ses premiers habitants furent, dit-on, des Telchines chassés du Péloponnèse par Phoronée ; mais comme il n’est question de cette guerre que dans des auteurs assez peu dignes de foi, je crois plutôt que ces Telchines , y étoient venus de la côte voisine. J’ai déjà dit en effet plusieurs fois qu’ils étoient le même peuple que les Curètes, Lélèges ou Cariens. Suivant Stra bon, ils avoient passé de l’île de Crète dans l’île de Cypre, et de celle-ci dans l’île de Rhodes (2). Dio · dore de Sicile et Strabon parlent d’une famille d’Hé liades, ou enfants du Soleil, qui s’y établit dans la suite (3). Ces Héliades étoient sans doute venus de l’Orient, et Pasiphaé, l’épouse de Minos, étoit probablement fille de quelqu’un de leurs chefs. Danaüs s’y arrêta en venant de l’Egypte ; il érigea à Lindos un temple à Minerve. Deux de ses filles (1) Homère, Iliade, L. II, p. 966, Diodore, L. V, $ 55. v. 645 et suiv. (3) Diodore de Sicile, (2) Strabon, Liv. XIV, Liv. V, $ 56. Strabon, ibid. t