Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



RHAPSODIE II.


Les Dieux et les cavaliers armés de casques dormaient tous dans la nuit ; mais le profond sommeil ne saisissait point Zeus, et il cherchait dans son esprit comment il honorerait Akhilleus et tuerait une foule d’hommes auprès des nefs des Akhaiens. Et ce dessein lui parut le meilleur, dans son esprit, d’envoyer un Songe menteur à l’Atréide Agamemnôn. Et, l’ayant appelé, il lui dit ces paroles ailées :

― Va, Songe menteur, vers les nefs rapides des Akhaiens. Entre dans la tente de l’Atréide Agamemnôn et porte-lui très-fidèlement mon ordre. Qu’il arme la foule des Akhaiens chevelus, car voici qu’il va s’emparer de la ville aux larges rues des Troiens. Les Immortels qui habitent les demeures Olympiennes ne sont plus divisés, car Hèrè les a tous fléchis par ses supplications, et les calamités sont suspendues sur les Troiens.

Il parla ainsi, et, l’ayant entendu, le Songe partit. Et il