Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


parvint aussitôt aux nefs rapides des Akhaiens, et il s’approcha de l’Atréide Agamemnôn qui dormait sous sa tente et qu’un sommeil ambroisien enveloppait. Et il se tint auprès de la tête du Roi. Et il était semblable au Nèlèiôn Nestôr, qui, de tous les vieillards, était le plus honoré d’Agamemnôn. Et, sous cette forme, le Songe divin parla ainsi :

― Tu dors, fils du brave Atreus dompteur de chevaux ? Il ne faut pas qu’un homme sage à qui les peuples ont été confiés, et qui a tant de soucis dans l’esprit, dorme toute la nuit. Et maintenant, écoute-moi sans tarder, car je te suis envoyé par Zeus qui, de loin, s’inquiète de toi et te prend en pitié. Il t’ordonne d’armer la foule des Akhaiens chevelus, car voici que tu vas t’emparer de la ville aux larges rues des Troiens. Les Immortels qui habitent les demeures Olympiennes ne sont plus divisés, car Hèrè les a tous fléchis par ses supplications, et les calamités sont suspendues sur les Troiens. Garde ces paroles dans ton esprit et n’oublie rien quand le doux sommeil t’aura quitté.

Ayant ainsi parlé, il disparut et le laissa rouler dans son esprit ces paroles qui ne devaient point s’accomplir. Et l’insensé crut qu’il allait s’emparer, ce jour-là, de la ville de Priamos, ne sachant point ce que Zeus méditait. Et le Kronide se préparait à répandre encore, en de terribles batailles, les douleurs et les gémissements sur les Troiens et sur les Danaens.

Et l’Atréide s’éveilla, et la voix divine résonnait autour de lui. Il se leva et revêtit sa tunique moelleuse, belle et neuve. Et il se couvrit d’un large manteau et noua à ses pieds robustes de belles sandales, et il suspendit à ses épaules l’épée aux clous d’argent. Enfin, il prit le sceptre immortel de ses pères et marcha ainsi vers les nefs des Akhaiens revêtus d’airain.

Et la divine Éôs gravit le haut Olympos, annonçant la