Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lumière à Zeus et aux Immortels. Et l’Atréide ordonna aux hérauts à la voix sonore de convoquer à l’agora les Akhaiens chevelus. Et ils les convoquèrent, et tous accoururent en foule ; et l’Atréide réunit un conseil de chefs magnanimes, auprès de la nef de Nestôr, roi de Pylos. Et, les ayant réunis, il consulta leur sagesse :

― Amis, entendez-moi. Un Songe divin m’a été envoyé dans mon sommeil, au milieu de la nuit ambroisienne. Et il était semblable au divin Nestôr par le visage et la stature, et il s’est arrêté au-dessus de ma tête, et il m’a parlé ainsi :

― Tu dors, fils du brave Atreus dompteur de chevaux ? Il ne faut point qu’un homme sage à qui les peuples ont été confiés, et qui a tant de soucis dans l’esprit, dorme toute la nuit. Et maintenant, écoute-moi sans tarder, car je te suis envoyé par Zeus qui, de loin, s’inquiète de toi et te prend en pitié. Il t’ordonne d’armer la foule des Akhaiens chevelus, car voici que tu vas t’emparer de la ville aux larges rues des Troiens. Les Immortels qui habitent les demeures Olympiennes ne sont plus divisés, car Hèrè les a tous fléchis par ses supplications, et les calamités sont suspendues sur les Troiens. Garde ces paroles dans ton esprit.

En parlant ainsi il s’envola, et le doux sommeil me quitta. Maintenant, songeons à armer les fils des Akhaiens. D’abord, je les tenterai par mes paroles, comme il est permis, et je les pousserai à fuir sur leurs nefs chargées de rameurs. Vous, par vos paroles, forcez-les de rester.

Ayant ainsi parlé, il s’assit. Et Nestôr se leva, et il était roi de la sablonneuse Pylos, et, les haranguant avec sagesse, il leur dit :

― Ô amis ! Rois et princes des Argiens, si quelqu’autre des Akhaiens nous eût dit ce songe, nous aurions pu croire qu’il mentait, et nous l’aurions repoussé ; mais celui qui