Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de son fils que j’aurai amené enchaîné, ou qu’un autre Akhaien aura dompté ? Te faut-il une jeune femme que tu possèdes et que tu ne quittes plus ? Il ne convient point qu’un chef accable de maux les Akhaiens. Ô lâches ! opprobres vivants ! Akhaiennes et non Akhaiens ! Retournons dans nos demeures avec les nefs ; laissons-le, seul devant Troiè, amasser des dépouilles, et qu’il sache si nous lui étions nécessaires ou non. N’a-t-il point outragé Akhilleus, meilleur guerrier que lui, et enlevé sa récompense ? Certes, Akhilleus n’a point de colère dans l’âme, car c’eût été, Atréide, ta dernière insolence !

Il parla ainsi, outrageant Agamemnôn, prince des peuples. Et le divin Odysseus, s’arrêtant devant lui, le regarda d’un œil sombre et lui dit rudement :

― Thersitès, infatigable harangueur, silence ! Et cesse de t’en prendre aux Rois. Je ne pense point qu’il soit un homme plus vil que toi parmi ceux qui sont venus devant Troiè avec les Atréides, et tu ne devrais point haranguer avec le nom des Rois à la bouche, ni les outrager, ni exciter au retour. Nous ne savons point quelle sera notre destinée, et s’il est bon ou mauvais que nous partions. Et voici que tu te plais à outrager l’Atréide Agamemnôn, prince des peuples, parce que les héros Danaens l’ont comblé de dons ! Et c’est pour cela que tu harangues ? Mais je te le dis, et ma parole s’accomplira : si je te rencontre encore plein de rage comme maintenant, que ma tête saute de mes épaules, que je ne sois plus nommé le père de Tèlémakhos, si je ne te saisis, et, t’ayant arraché ton vêtement, ton manteau et ce qui couvre ta nudité, je ne te renvoie, sanglotant, de l’agora aux nefs rapides, en te frappant de coups terribles

Il parla ainsi, et il le frappa du sceptre sur le dos et les épaules. Et Thersitès se courba, et les larmes lui tombèrent des yeux. Une tumeur saignante lui gonfla le dos sous le coup du sceptre d’or, et il s’assit, tremblant et gémissant,