Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


hideux à voir, et il essuya ses yeux. Et les Akhaiens, bien que soucieux, rirent aux éclats ; et, se regardant les uns les autres, ils se disaient : Certes, Odysseus a déjà fait mille choses excellentes, par ses sages conseils et par sa science guerrière ; mais ce qu’il a fait de mieux, entre tous les Argiens, a été de réduire au silence ce harangueur injurieux. De longtemps, il se gardera d’outrager les Rois par ses paroles injurieuses.

La multitude parlait ainsi. Et le preneur de villes, Odysseus, se leva, tenant son sceptre. Auprès de lui, Athènè aux yeux clairs, semblable à un héraut, ordonna à la foule de se taire, afin que tous les fils des Akhaiens, les plus proches et les plus éloignés, pussent entendre et comprendre. Et l’excellent Agorète parla ainsi :

― Roi Atréide, voici que les Akhaiens veulent te couvrir d’opprobre en face des hommes vivants, et ils ne tiennent point la promesse qu’ils te firent, en venant d’Argos féconde en chevaux, de ne retourner qu’après avoir renversé la forte muraille d’Ilios. Et voici qu’ils pleurent, pleins du désir de leurs demeures, comme des enfants et des veuves. Certes, c’est une amère douleur de fuir après tant de maux soufferts. Je sais, il est vrai, qu’un voyageur, éloigné de sa femme depuis un seul mois, s’irrite auprès de sa nef chargée de rameurs, que retiennent les vents d’hiver et la mer soulevée. Or, voici neuf années bientôt que nous sommes ici. Je n’en veux donc point aux Akhaiens de s’irriter auprès de leurs nefs éperonnées ; mais il est honteux d’être restés si longtemps et de s’en retourner les mains vides. Souffrez donc, amis, et demeurez ici quelque temps encore, afin que nous sachions si Kalkhas a dit vrai ou faux. Et nous le savons, et vous en êtes tous témoins, vous que les Kères de la mort n’ont point emportés. Était-ce donc hier ? Les nefs des Akhaiens étaient réunies devant Aulis, portant les calamités à Priamos et aux Troiens. Et nous étions autour de