Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Et le cavalier Gérennien Nestôr lui répondit :

— Certes, Atréide, je voudrais être encore ce que j’étais quand je tuai le divin Éreuthaliôn. Mais les Dieux ne prodiguent point tous leurs dons aux hommes. Alors, j’étais jeune, et voici que la vieillesse s’est emparée de moi. Mais tel que je suis, je me mêlerai aux cavaliers et je les exciterai par mes conseils et par mes paroles, car c’est la part des vieillards.

Il parla ainsi, et l’Atréide, joyeux, alla plus loin. Et il trouva le cavalier Ménèstheus immobile, et autour de lui les Athènaiens belliqueux, et, auprès, le subtil Odysseus, et autour de ce dernier la foule hardie des Képhallèniens. Et ils n’avaient point entendu le cri de guerre, car les phalanges des Troiens dompteurs de chevaux et des Akhaiens commençaient de s’ébranler. Et ils se tenaient immobiles, attendant que d’autres phalanges Akhaiennes, s’élançant contre les Troiens, commençassent le combat. Et Agamemnôn, les ayant vus, les injuria et leur dit ces paroles ailées :

— Ô fils de Pétéos, d’un roi issu de Zeus, et toi, qui es toujours plein de ruses subtiles, pourquoi, saisis de terreur, attendez-vous que d’autres combattent ? Il vous appartenait de courir en avant dans le combat furieux, ainsi que vous assistez les premiers à mes festins, où se réunissent les plus vénérables des Akhaiens. Là, sans doute, il vous est doux de manger des viandes rôties et de boire des coupes de bon vin autant qu’il vous plaît. Et voici que, maintenant, vous verriez avec joie dix phalanges des Akhaiens combattre avant vous, armées de l’airain meurtrier !

Et le subtil Odysseus, avec un sombre regard, lui répondit :

— Atréide, quelle parole s’est échappée de ta bouche ? Comment oses-tu dire que nous hésitons devant le combat ? Lorsque nous pousserons le rude Arès contre les Troiens