Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


dompteurs de chevaux, tu verras, si tu le veux, et si cela te plaît le père bien-aimé de Tèlémakhos au milieu des Troiens dompteurs de chevaux. Mais tu as dit une parole vaine.

Et Agamemnôn qui commande au loin, le voyant irrité, sourit, et, se rétractant, lui répondit :

— Subtil Odysseus, divin Laertiade, je ne veux t’adresser ni injures ni reproches. Je sais que ton cœur, dans ta poitrine, est plein de desseins excellents, car tes pensées sont les miennes. Nous réparerons ceci, si j’ai mal parlé. Va donc, et que les Dieux rendent mes paroles vaines !

Ayant ainsi parlé, il les laissa et alla vers d’autres. Et il trouva Diomèdès, l’orgueilleux fils de Tydeus, immobile au milieu de ses chevaux et de ses chars solides. Et Sthénélos, fils de Kapaneus, était auprès de lui. Et Agamemnôn qui commande au loin, les ayant vus, l’injuria et lui dit ces paroles ailées :

— Ah ! fils du brave Tydeus dompteur de chevaux, pourquoi trembles-tu et regardes-tu entre les rangs ? Certes, Tydeus n’avait point coutume de trembler, mais il combattait hardiment l’ennemi, et hors des rangs, en avant de ses compagnons. Je ne l’ai point vu dans la guerre, mais on dit qu’il était au-dessus de tous. Il vint à Mykènè avec Polyneikès égal aux Dieux, pour rassembler les peuples et faire une expédition contre les saintes murailles de Thèbè. Et ils nous conjuraient de leur donner de courageux alliés, et tous y consentaient, mais les signes contraires de Zeus nous en empêchèrent. Et ils partirent, et quand ils furent arrivés auprès de l’Asopos plein de joncs et d’herbes, Tydeus fut l’envoyé des Akhaiens. Et il partit, et il trouva les Kadméiônes, en grand nombre, mangeant dans la demeure de la Force Étéokléenne. Et là, le cavalier Tydeus ne fut point effrayé, bien qu’étranger et seul au milieu des nombreux Kadméiônes. Et il les provoqua aux luttes et les vainquit aisé-