Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


le roi Elphènôr Khalkodontiade, prince des magnanimes Abantes, le prit par les pieds pour le traîner à l’abri des traits et le dépouiller de ses armes ; mais sa tentative fut brève, car le magnanime Agènôr, l’ayant vu traîner le cadavre, le perça au côté, d’une pique d’airain, sous le bouclier, tandis qu’il se courbait, et le tua. Et, sur lui, se rua un combat furieux de Troiens et d’Akhaiens ; et, comme des loups, ils se jetaient les uns sur les autres, et chaque guerrier en renversait un autre.

C’est là qu’Aias Télamônien tua Simoéisios, fils d’Anthémiôn, jeune et beau, et que sa mère, descendant de l’Ida pour visiter ses troupeaux avec ses parents, avait enfanté sur les rives du Simoïs, et c’est pourquoi on le nommait Simoéisios. Mais il ne rendit pas à ses parents bien-aimés le prix de leurs soins, car sa vie fut brève, ayant été dompté par la pique du magnanime Aias. Et celui-ci le frappa à la poitrine, près de la mamelle droite, et la pique d’airain sortit par l’épaule. Et Simoéisios tomba dans la poussière comme un peuplier dont l’écorce est lisse, et qui, poussant au milieu d’un grand marais, commence à se couvrir de hauts rameaux, quand un constructeur de chars le tranche à l’aide du fer aiguisé pour en faire la roue d’un beau char ; et il gît, flétri, aux bords du fleuve. Et le divin Aias dépouilla ainsi Simoéisios Anthémionide.

Et le Priamide Antiphos à la cuirasse éclatante, du milieu de la foule, lança contre Aias sa pique aiguë ; mais elle le manqua et frappa à l’aine Leukos, brave compagnon d’Odysseus, tandis qu’il traînait le cadavre, et le cadavre lui échappa des mains. Et Odysseus, irrité de cette mort, s’avança, armé de l’airain éclatant, au-delà des premiers rangs, regardant autour de lui et agitant sa pique éclatante. Et les Troiens reculèrent devant l’homme menaçant ; mais il ne lança point sa pique en vain, car il frappa Dèmokoôn, fils naturel de Priamos, et qui était venu d’Abydos