Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
98
LABRADOR ET ANTICOSTI

* * *


Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 114 crop).jpg
AUX ÎLETS-CARIBOU — LES DÉBUTS D’UN ARMATEUR.

(Photog. par N.-A. Comeau)


La vie n’est pas mouvementée dans ce hameau des Îlets-Caribou. Il n’y faut pas songer à se distraire en regardant passer le monde : il ne passe jamais personne. Il n’y a pas davantage à attendre les journaux du soir pour avoir des nouvelles. Dans ces villages de pêcheurs, c’est la mer qui est l’unique distraction et l’unique préoccupation ; ses divers états de calme ou d’agitation, avec les variations atmosphériques de chaque instant, favorables ou défavorables à la pêche, sont presque les seuls aliments des pensées et de la conversation.