Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
125
POINTE-AUX-ANGLAIS — ÎLE-AUX-ŒUFS, ETC.

perdre, et nous parvînmes ainsi jusqu’à un mille et demi du village de Moisie. Mais alors il fut constaté que la force du courant était si considérable que nous reprenions malgré nous le chemin des Sept-Isles. Aussi, il fallut adopter le parti de descendre à terre, et de nous rendre à pied jusqu’au village. La chaloupe du bord nous conduisit donc au rivage, et nous partîmes pédestrement. — J’apprécie beaucoup l’importance hygiénique de la marche, ce classique exercice ; mais, n’est-ce pas, médecins et hygiénistes qui nous la recommandez opportune, importune, vous ne nous imposez pas de nous y livrer sur une épaisse couche de sable mouvant ? Car ce n’est plus de l’exercice, la marche faite en ces conditions : c’est un labeur de galérien ; c’est le martyre d’un confesseur de la foi prisonnier de quelque peuplade barbare. Voilà le souvenir que je garde de ce trajet d’un mille et demi, opéré à travers ce Sahara en miniature, lorsque le mercure devait avoir atteint les sommets de l’échelle thermométrique.

Les indigènes aperçurent enfin la caravane dont l’arrière-garde

…suait, soufflait, était rendue.

Et la fusillade commença aussitôt. Cela ne nous arrêta pas un instant, malgré mon sentiment qui ne prévalut pas. Enfin, nous atteignîmes l’endroit où nous attendait un peuple nombreux, composé en bonne partie de Montagnais et de Montagnaises, la population blanche étant en ce moment occupée à la pêche.

Le joli village de Saint-Joseph de Moisie est bâti sur le côté ouest de l’estuaire de la rivière de ce nom.