Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/199

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
183
MAGPIE — SAINT-JEAN

bibliographie où tout le monde est appelé à faire des chefs-d’œuvre.

Mais il y eut aussi des missionnaires résidents à Saint-Jean : M. J.-G. McCrea (maintenant curé de Saint-Joachim, P. Q.) en 1883-84, et M. J.-A. Lafrance (aujourd’hui curé de Saint-Martin de Beauce) en 1884-86. Ces prêtres n’avaient à desservir qu’un espace de 20 lieues, depuis la Rivière-aux-Graines jusqu’à Mingan. Aujourd’hui, le missionnaire de Magpie vient donner la mission une fois par mois. Tous les missionnaires, résidents ou de passage seulement, ont reçu l’hospitalité la plus généreuse dans la famille Sirois. C’est aussi dans cette maison que se faisaient les offices religieux de la Mission avant qu’il y eût une chapelle, c’est-à-dire jusque vers l’année 1876.

Cette première chapelle, qui sert encore à l’exercice du culte, est longue de 30 pieds et large de 20. Au milieu de la façade s’élève une haute tour carrée, au sommet de laquelle est fixée la cloche. Malgré sa forme carrée, cette tour est d’un style très dégagé ; il faut dire, aussi, qu’elle consiste seulement en quatre piliers surmontés d’un petit toit.

Mais cette chapelle, quoique récemment construite, est déjà de dimensions beaucoup trop restreintes pour la population du lieu, surtout l’été, où il vient ici tant de gens engagés pour faire la pêche. C’est au point que, durant la mission qui vient d’y avoir lieu, Mgr Labrecque a dû prêcher dehors, pour ne pas priver un grand nombre de personnes de l’avantage de ses prédications. Aussi, le 2 juillet, Sa Grandeur a volontiers donné l’autorisation de construire une nouvelle église, suffisamment grande pour les besoins du présent et de l’avenir.

* * *

Durant notre séjour à Saint-Jean, j’ai accru quelque peu la somme des connaissances que j’avais précédemment acquises sur l’industrie de la pêche à la morue. Ainsi, j’ai pu assister chez M. Sirois au débarquement du poisson et aux premiers traitements qu’on lui fait subir.