Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
185
MAGPIE — SAINT-JEAN

salaisons, de mises en piles, d’expositions sur les vigneaux, dans le détail desquels je n’ai pas besoin d’entrer. Les pêcheurs qui liront ces pages, ne s’attendent pas à y trouver les règles de leur art ; quant aux autres lecteurs, l’exposé de toutes ces manipulations leur serait fastidieux. Il suffit de dire que, même lorsque le temps est suffisamment beau, il ne faut pas moins de six semaines pour la préparation de la morue sèche.

Mercredi, 3 Juillet. — Nous devions partir ce matin soit pour l’île d’Anticosti, soit pour la mission de la Longuepointe, suivant que la navigation serait plus ou moins facile. Le vent de nord qui souffle serait favorable à la traversée du fleuve ; mais il est d’une telle violence qu’il serait presque impossible, ou du moins fort dangereux, d’aborder la côte anticostienne par le gros temps qu’il fait. D’ailleurs, et ce motif est vraiment péremptoire, la barre de l’embouchure de la rivière Saint-Jean est infranchissable au milieu de cette tempête ; c’est au point que les barges n’ont pu sortir aujourd’hui pour la pêche. Nous voici donc prisonniers dans le village de Saint-Jean. Pourtant, Monseigneur réussit à s’évader, en partant à pied pour la Longuepointe, qui se trouve à la distance d’une dizaine de milles. Quant à M. l’abbé Lagueux et à moi, nous restons ici avec les bagages, en attendant que le calme revienne dans la nature.

Jeudi, 4 juillet. — Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Aujourd’hui, la tempête est finie ; la température est devenue favorable et nous décidons de partir pour aller rejoindre Monseigneur à la Longuepointe.

Ce fut avec regret que nous quittâmes notre hôte, M. Sirois, qui, admirablement secondé par Mme Sirois et sa sœur Mlle Giasson, s’était ingénié à nous rendre agréable le séjour à Saint-Jean. Par exemple, cette hospitalité de M. Sirois est comme une forteresse qu’il faut prendre d’assaut ; à l’entendre parler vous lui êtes à charge, et le jour où vous partirez sera le plus beau de sa vie. Lorsque M. l’abbé Bouchard fit sa pre-