Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/202

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
186
LABRADOR ET ANTICOSTI

mière mission à Saint-Jean, il se rendit en arrivant à la maison de M. Sirois, où se retirent toujours durant l’été[1] les missionnaires : « Très bien ! vous êtes le bienvenu, lui dit ce singulier maître de céans ; seulement vous irez prendre vos repas ailleurs ! » Mais ces façons revêches, cette brusquerie, c’est une écorce sous laquelle cet hôte typique essaie vainement de cacher ses généreuses qualités de cœur, et pour jouir de tout ce qu’il y a de piquant dans la situation, vous n’avez qu’à prendre des airs de conquérant et à paraître vous imposer sous ce toit hospitalier. Il n’en faut pas plus pour mettre l’original propriétaire en veine de gaieté, et vous passerez de joyeux quarts d’heure à rendre coup pour coup dans une lutte dont le badinage, bien compris de part et d’autre, fait tous les frais.

* * *

A 10½ heures de l’avant-midi, nous étions installés à bord du yacht de M. l’abbé Bouchard, qu’une baleinière à huit rames remorquait jusqu’en dehors du bassin de la rivière, « afin, disait malicieusement M. Sirois, que notre départ fût plus prompt et plus assuré ». Pendant ce temps-là le digne homme nous adressait un dernier salut en amenant et relevant le drapeau qui flottait au bout du mai planté en face de sa résidence, et des salves de mousqueterie nous disaient l’adieu final.

L’équipage de l’Aida était au complet, contrairement à notre attente. Car, mardi, deux constables étaient venus de Magpie mettre en arrestation le matelot du bord qui était, paraît-il, en délicatesse avec certain article du Code civil du Bas-Canada, et l’avaient emmené à pied devant le juge de paix de Magpie : un petit voyage de trois lieues ! La vue du chemin qu’il y a à faire, au Labrador, quand on a des démêlés avec la Justice, m’a rempli d’une terreur inexprimable, et je suis bien décidé à redoubler d’efforts pour rester bon ami avec cette respectable

  1. L’hiver, le missionnaire reçoit l’hospitalité dans la famille Benj. Chambers.