Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
215
ÎLE D’ANTICOSTI

revêtu. Je dois donc avouer que cette graisse à l’acide carbolique ne me paraît pas l’emporter notablement, en efficacité, sur les préparations dont nous avions fait l’épreuve à l’anse des Trois-Ruisseaux. Ces graisses et ces huiles procurent certes du soulagement ; elles tiennent même en respect le gros des assaillants. Mais il y a toujours quelques-uns de ces brigands qui ne sont pas dupes de ces parfums équivoques et qui vous écorchent bel et bien. — Cette préparation à l’acide carbolique, dont j’ai entendu prôner les vertus avec tant d’insistance, il se peut fort bien qu’elle soit une protection assurée contre les plus petites espèces de moustiques, par exemple contre les « brûlots » ; et, s’il en est ainsi, la chose en vaudrait encore la peine.

Mardi, 9 juillet. — Les exercices de la visite pastorale se sont terminés, ce matin, par la confirmation. Ces deux Missions de l’île d’Anticosti n’ont pas eu l’avantage d’une retraite, comme celles de la Côte Nord. Monseigneur en avait ainsi décidé, bien à regret, à cause des retards que nous avait déjà occasionnés ce voyage ; et Sa Grandeur voulait éviter autant que possible tout ce qui pouvait empêcher notre prompt retour au continent. Cette crainte bien justifiée de délais toujours possibles nous empêcha aussi de donner suite au projet que nous avions formé d’aller visiter la baie de Gamache, ou Ellis Bay, qui se trouve à quelques milles seulement à l’est de l’Anse-aux-Fraises. Ce fut au fond de cette baie que le fameux Gamache passa la dernière partie de sa vie, faisant un peu d’agriculture et d’élevage, se livrant à l’industrie de la pêche, allant de fois à autre faire la traite des fourrures avec les Montagnais de la Côte Nord — à la barbe… de la Compagnie de la baie d’Hudson. Sa légendaire mémoire n’est pas près de se perdre, maintenant surtout qu’elle s’appuie sur une dénomination géographique aussi importante. Jamais, en effet, un matelot canadien n’apprendra à un voyageur novice le nom de la baie de Gamache, sans en profiter pour lui faire le récit des bons tours du merveilleux personnage et de ses prétendues relations avec le souverain des enfers.