Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
239
ÎLE D’ANTICOSTI

Bureau, l’explorateur bien connu de Saint-Raymond, de parcourir l’île dans toute son étendue, et de faire un rapport complet sur la valeur de ce territoire.

Cette exploration se fit durant les mois de septembre et d’octobre. À cette époque de l’année, il n’est plus question des redoutables moustiques qui, durant l’été, ne permettent à personne de parcourir l’intérieur de l’île.

Enfin, nous allons savoir à quoi nous en tenir sur la terre d’Anticosti ! Avait-on sujet, dès les premiers temps de la colonie et jusqu’à nos jours, de la traiter comme un pays sans avenir et toujours inutilisable ? N’avaient-ils pas plutôt raison, ceux qui, en ces dernières années, n’ont pas hésité à poursuivre jusqu’au lyrisme l’éloge qu’ils ont fait de la « perle du golfe Saint-Laurent » ?

Le rapport de l’explorateur va répondre à ces questions. Voici l’analyse de ce mémoire, dont le public reçoit ici communication pour la première fois.[1]

Le personnel d’exploration se composait de huit hommes. Un bateau de pêcheur suivait avec les provisions tout autour de l’île, que l’on commença à visiter par le côté nord. Chaque fois que l’on rencontrait une rivière, on la remontait par terre jusqu’à sa source, en étudiant la qualité du sol et ses productions. En partant de l’ouest, on reconnut la rivière à l’Huile, puis la rivière MacDonald, qui renferment toutes deux du saumon, de la truite et de l’anguille ; toutes deux coulent dans une forêt d’épinettes, blanches et rouges, de sapins, de bouleaux, de peupliers, de frênes et de pins.

Vient ensuite la rivière, autrefois appelée Mozreld, que M. Menier a voulu nommer définitivement Vauréal, arrosant, comme les précédentes, un sol excellent et portant les bois déjà énumérés. Son cours est interrompu par une chute de 200 pieds, jusqu’à laquelle monte le saumon ; on y a pris, assure-t-on,

  1. C’est à l’obligeance de M. Menier que je dois de pouvoir donner des informations certaines sur l’île d’Anticosti. Ce Canadien de France s’est montré heureux de faire ce plaisir aux Français du Canada.