Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
271
MINGAN — P0INTE-AUX-ESQUIMAUX

* * *

Grâce à l’échange que nous avions fait du yacht (qui lui n’arriva à destination que vers sept heures du soir) pour la chaloupe, nous abordâmes à Saint-Pierre de la Pointe-aux-Esquimaux[1] à quatre heures. Ce village est considérable, et on l’aperçoit de loin. Sa belle église, son grand couvent dominent toutes les habitations groupées aux alentours.


Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 287 crop).jpg
À LA POINTE-AUX-ESQUIMAUX.

Procession du Saint-Sacrement — Reposoir.


La population était assemblée sur le rivage quand nous y descendîmes. Cette foule compacte, tous ces drapeaux flottant dans les airs, les cloches sonnant à toute volée, les détonations d’armes à feu : on faisait à Mgr l’Administrateur de la Préfecture une réception vraiment triomphale. La capitale du Labrador se montrait digne de sa qualité.

  1. Statistiques. — Population catholique, 160 familles ; 952 personnes, dont 620 communiants 29 confirmés. Protestants : 2 familles, 5 personnes. Deux écoles élémentaires, dont l’une au couvent.