Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
340
LABRADOR ET ANTICOSTI

Chaque printemps, donc, ils constatent que leur habit est trop juste et qu’il les serre vraiment. Alors, il faut l’enlever ! Quelques jours de jeûne précèdent l’opération. Puis, au moment opportun, on se frotte les pattes les unes contre les autres (en signe de satisfaction, évidemment), et l’on se met sur le dos. Ensuite, on fait de la gymnastique : on agite la queue, les antennes, on se remue de cent façons, on se gonfle à droite, à gauche ! J’avoue que l’exercice est violent ! Tant et si bien que ça craque, fend et déchire partout ; et voilà que tout le « vieil homme » est dépouillé, et plus rien ne reste de l’ancienne enveloppe. Une simple membrane recouvre l’animal ; mais, dans une couple de jours, elle aura durci et sera devenue très résistante. — Réflexion faite, tenons-nous-en au marchand et au tailleur ; car, généralement, on sauve de leurs mains, sinon la bourse, du moins la vie, et… c’est quelque chose. Tandis que les écrevisses et les homards, quand ils ont changé d’habit, sont à moitié morts de fatigue ; et plusieurs, parmi les jeunes surtout, en meurent tout à fait.

J’arrive au second point de cette étude de physiologie comparée.

Mon cher lecteur, je ne vous le souhaite pas, assurément. Mais, enfin, comme à d’autres, il peut vous arriver d’avoir la jambe fracassée par une balle venant d’où vous voudrez, lancée par un imbécile qui joue avec une carabine ou par un chasseur maladroit (il y en a quelques-uns, m’a-t-on dit, même en Canada). Si vous aimez mieux que je vous la fasse écraser dans un accident de chemin de fer, cela m’est bien égal ; et pour peu que cela vous agrée davantage, je suis prêt à vous y broyer et les deux jambes et les deux bras. Vous voilà entre les mains des médecins et chirurgiens, qui ne vont pas se faire faute de jouer du bistouri sans ménagement, et, avec le temps, de vous guérir à la perfection. Alors, on vous ajustera des bras et des jambes artificiels ; ce sera fort dispendieux et fort incommode.

Eh bien, si vous étiez homard ou écrevisse, ou macroure enfin, les choses se seraient bien mieux passées.