Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
351
DE LA POINTE-AUX-ESQUIMAUX À NATASHQUAN

place à tout ce qu’il y a de plus prosaïque. À chaque instant l’on redoute de se voir projeté en dehors du lit. Les gémissements de la mâture et les claquements des cordages, violemment secoués par les brusques mouvements de l’embarcation ; les coups de mer qui ne cessent de battre le flanc du vaisseau : c’est à faire croire qu’une épouvantable tempête s’est déchaînée, que les flots vont avoir vite raison de ce frêle navire, et que bientôt un triste naufrage, un trépas bien prématuré — hélas ! — va livrer notre dépouille mortelle à la voracité des monstres marins… Que n’est-on resté chez soi, dans son joli appartement, à poursuivre ses chères études !… Adieu, les parents !… Adieu, les amis !… Adieu, le beau rosier de la fenêtre !… Adieu, le barbet favori qui devait à notre retour, de son œil attendri et de sa queue frétillante, nous conter tant de choses !…

Je ne garantis pas que l’on soit encore éveillé quand l’imagination s’est mise en frais à ce point-là. Mais ce dont je me souviens et me souviendrai toujours, c’est du charme exquis que j’éprouvais, lorsque, de fois à autres durant ces longues heures, m’arrivait le chant de l’homme de quart. Tout son répertoire y passa sans doute. Je ne comprenais pas un mot de ses chansons. Mais sa voix était douce, elle avait ces modulations particulières au marin ; et la mélancolie du rythme de ces romances populaires suffit à émouvoir toutes les fibres du cœur. À ce moment, c’était le signe de la sécurité : il y a là quelqu’un qui veille pour nous ! et tout va bien, puisqu’il chante !

Mercredi, 20 juillet. — Enfin, comme il est d’usage depuis la plus haute antiquité, la nuit s’en alla peu à peu, et le jour s’en vint à petits pas. Le bon vent, la marée, rien ne manquait. En quelques heures la Sea Star avait repris tout l’espace perdu, et de bonne heure nous arrivâmes à l’entrée de la rivière …Guanis ? Agwanus ? Goynish ? Je n’ai jamais été si perplexe qu’en cette affaire du nom de ce cours d’eau… Il faut pourtant se décider à quoi que ce soit.

La postérité serait bien injuste si elle m’accusait d’y avoir été