Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/448

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
430
LABRADOR ET ANTICOSTI

la vallée du lac Saint-Jean, celle de la rivière Saguenay, et toute la côte du Labrador jusqu’au Blanc-Sablon, ainsi que la grande île d’Anticosti. Peut-on croire qu’il est possible à un député d’être bien au fait de tous les besoins d’une semblable division électorale et de chacune des localités qui la constituent ? Et l’on imagine bien qu’ici, comme partout ailleurs, c’est le nombre qui fait la loi : le député est toujours choisi parmi les habitants de la partie la plus populeuse de l’immense comté ; et, par suite de la difficulté des communications, ses électeurs du Labrador n’ont que très rarement, pour ne pas dire jamais, l’occasion de le voir même une seule fois.

Pour ce qui est de la législature provinciale, il est vrai, le territoire du lac Saint-Jean a été détaché, il y a quelques années, du reste des comtés de Chicoutimi et Saguenay. Mais cela n’améliore guère la situation de la côte du Labrador, qui ne verra pas de sitôt l’un de ses habitants choisi pour représenter le comté-uni, encore si étendu, à l’Assemblée législative de Québec.

Ce n’est pas, semble-t-il, s’aventurer trop témérairement sur un terrain peu connu, que de prédire qu’un jour viendra où la côte nord du fleuve et du golfe, depuis la rivière Saguenay jusqu’au détroit de Belle-Isle, aura son représentant à la législature provinciale. On ne voit pas bien quels inconvénients il y aurait à ce que cette assemblée se composât de soixante-quatorze députés, au lieu d’en compter soixante-treize comme aujourd’hui. Alors une partie si considérable de la Province, au moins quant à l’étendue, pourra plus facilement faire entendre ses justes réclamations et sauvegarder ses intérêts.

Quant à la représentation à la Chambre des Communes, la solution du problème se fera moins aisément, parce que le nombre des députés de la province de Québec doit rester constamment le même. Mais la présente division de la Province en districts électoraux subira inévitablement, dans un avenir plus ou moins éloigné, quelque remaniement. Le grand pays du