Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/471

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
453
TOPOGRAPHIE DU LABRADOR ORIENTAL

n’en fournissait que 390 au sieur de Brouague. Aujourd’hui il a perdu de sa valeur, et cependant les quelques familles qui y demeurent n’ont point raison de se plaindre de leurs pêcheries. » Des gens qui n’ont pas à s’en plaindre non plus, ce sont les pêcheurs de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve qui s’y rendent en grand nombre, disait M. D.-N. Saint-Cyr en 1885, pour la pêche de la morue, du maquereau et du hareng. Les loups marins y sont aussi très abondants au commencement de l’hiver et du printemps.

Les gros vaisseaux trouvent un mouillage très sûr dans une baie étroite, mais profonde et d’un accès facile, située à l’extrémité est de l’île. Sur la rive sud de cette baie, il y a un bel établissement de pêche, propriété d’un Canadien, Samuel Gaumont. Il y a aussi une autre famille, celle de Michaël Murphy, qui réside en permanence sur l’île, près d’un havre de la côte sud. On voit jusqu’à trente goélettes qui stationnent à la fois dans ce havre, à l’époque de la pêche à la morue.

À six milles plus bas que le Gros-Mécatina, est la Pointe-Rouge, ainsi nommée à cause du granit rougeâtre qu’il y a là. Quand on a doublé cette pointe, on se trouve dans la baie Rouge, le long de laquelle sept ou huit familles de langue anglaise, de la Baie-des-Moutons, ont leur résidence d’hiver.

C’est à l’entrée de cette même baie Rouge, du côté est, que s’élèvent les édifices religieux de la Tabatière, qui s’appela d’abord Saint-Samuel, par ordonnance de Mgr Langevin, vocable remplacé depuis par celui de Saint-Joseph.

La Tabatière. — Lorsqu’on entend nommer cet endroit Saint-Joseph de la Tabatière, on se demande aussitôt pour quel motif on a bien pu faire intervenir en cette affaire la petite boîte où le priseur et la priseuse conservent, pour l’usage fréquent, cette poudre précieuse qui dégage les embarras de leur cerveau, adoucit pour eux les amertumes de l’existence, leur rend enfin la vie supportable en cette pauvre vallée de larmes… Mais si l’on dirige de ce côté ses investigations, on s’égare sur