Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/480

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
462
LABRADOR ET ANTICOSTI

Bay, de Middle Bay, et de Belles-Amours Bay, où résident quelques familles de pêcheurs à peu près toutes catholiques.

L’entrée de la baie de Brador est large de dix milles ; la baie elle-même est profonde de six milles.

Au fond de ce golfe en miniature, il y a un groupe de petites îles d’aspect très pittoresque, séparées par d’étroits canaux les unes des autres : endroit tout désigné pour une future Venise d’Amérique ! En dedans de ces îles, c’est le bassin de Brador, le coin de mer le plus enchanteur qu’il y ait… après la baie de Naples, le Bosphore et quelques autres endroits fameux. Là règnent des eaux profondes et perpétuellement tranquilles, où les vaisseaux fatigués des luttes du grand large savourent les délices d’un repos enivrant, qui serait le bonheur parfait s’il n’y avait à l’horizon un sombre nuage — la perspective qu’il faudra ou plus tôt ou plus tard s’éloigner de ce paradis… maritime. Enfin, il paraît que si Chateaubriand avait pu voir un coucher de soleil au bassin de Brador, il lui aurait fallu composer sur sa palette, pourtant si bien garnie, de nouvelles nuances, des teintes qu’aucun pinceau n’a encore promenées sur la toile ; et la postérité jamais ne pourrait se rassasier de contempler le tableau qu’aurait tracé là cet incomparable artiste ! — J’espère que l’on n’invoquera pas, pour m’accuser d’exagération, le fait que pas un seul pêcheur n’a encore expiré d’enthousiasme en entrant dans le bassin de Brador… Ces rudes marins ont la vie si dure !

Du côté est de la baie, le sol s’élève peu à peu et se développe en une plaine unie, sur laquelle de petits ruisseaux laissent courir leurs eaux gazouillantes. Ce terrain est sablonneux, et produit volontiers, avec les secours d’usage, de beaux légumes, et jusqu’à des choux. Ah ! ces choux ne prendront, ni sur les marchés, ni surtout dans la marmite, la place des choux fortunés qui ont eu pour patrie l’île de Montréal. Mais il faut être de bon compte, et ne pas se montrer impitoyable pour de pauvres choux qui ont le courage de vivre à trente minutes au-dessus du 51e degré de latitude, et si près du froid Océan ! Voyons ! Qui leur