Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
54
LABRADOR ET ANTICOSTI

Les oiseaux, les mammifères, les reptiles, etc., s’ajoutèrent bientôt aux oiseaux, aux mammifères, aux reptiles, etc. Plus tard, on fit des échanges avec d’autres collectionneurs, même d’Europe, et le musée s’augmenta peu à peu. Les missionnaires et les sauvages apportèrent aussi ce qu’ils avaient trouvé d’intéressant dans leurs courses. Bref, aujourd’hui, on estime à $4000 la valeur de ce musée, et je ne crois pas que l’on se trompe en ce calcul.

Le P. Arnaud n’avait pas manqué de profiter du séjour de Lechevalier, qui était habile taxidermiste, pour apprendre à lever la peau des oiseaux. Un autre Français, nommé Grosjean, qui était alors à l’emploi des Oblats, et qui l’est encore, travailla avec Lechevalier, et devint lui-même un maître dans l’art de la taxidermie.

On avait donc tout ce qu’il fallait pour mener à bien l’entreprise. Et voilà comment il se fait que l’on trouve, à Betsiamis, un musée tel que l’on n’en voit pas dans toutes les villes du monde.

C’est dans l’ancien presbytère de la Mission que l’on a installé depuis peu ces belles collections. Un portique assez curieux décore l’entrée de l’édifice : il est fait de deux côtes de baleine, longues de vingt-deux pieds, et réunies par l’une de leurs extrémités de façon à former une ogive. Tout auprès sont des vertèbres de baleine, disposées en sorte de fauteuils, qu’ils imitent assez bien. Voilà une ornementation très couleur locale, assurément.

C’est l’ornithologie qui est la mieux représentée dans le musée, et principalement par des oiseaux du Canada. Mais il y a aussi des espèces de l’étranger, comme la cigogne blanche de Hollande, etc. L’une des vitrines qui attire le plus d’attention est celle qui contient une imitation de rocher d’assez grandes dimensions, recouvert de mousse et de lichens : là-dessus sont placés en diverses positions les oiseaux de mer que l’on rencontre entre Mingan et la Pointe-aux-Esquimaux. Ce groupe, qui reproduit fidèlement la nature, est signé : A. Lechevalier,