Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/85

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
69
GODBOUT — POINTE-DE-MONTS

ce fut l’alliance définitive des Montagnais et des Hurons. Le héros de mon histoire est maintenant bien vieux ; je l’ai rencontré, l’un de ces matins, conduisant par la main une jeune enfant de quatre ou cinq ans : « Père, me dit-il, savez-vous ce que vient de me dire ma petite-fille ? elle voudrait vous donner la main ! » Ces bons sauvages sont du reste là-dessus comme la petite enfant : on leur fait bien plaisir quand on leur offre cette marque d’amitié.


Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 85 crop).jpg
HAVRE SAINT-NICOLAS[1]
(Photog. par N.-A. Comeau)

D’importants personnages, à Godbout comme sur toute la côte, ce sont les chiens, qui remplacent avantageusement les chevaux et autres bêtes de trait. Ils sont d’assez grande taille et d’humeur très douce, quand ils ne sont pas en service actif. Or, actuellement, ils sont en vacances ; et si vous leur témoignez la moindre attention, ils joueront avec vous tant que vous voudrez et peut-être davantage. L’une de ces après-dînées, je

  1. Situé à l’ouest de Godbout.