Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
LABRADOR ET ANTICOSTI

L’aîné des Labrie restait seul pour seconder les efforts surhumains que faisait Alexandre pour le salut de tous. Lui aussi devint aveugle de l’œil gauche.

Alexandre seul voyait de ses deux yeux la terre qui s’approchait et cette vue ranimait son courage.

Vers le soir, l’un des canots se dégagea des banquises qui l’emprisonnaient depuis deux jours. Il restait encore trois milles à parcourir pour atteindre la terre. Et, deux heures durant, l’héroïque Comeau joua de l’aviron, déchargeant sa carabine de temps en temps, dans l’espoir d’attirer l’attention des habitants de la côte. On aborde enfin au rivage de Sainte-Anne-des-Monts, où une pauvre femme secourut la première les infortunés.

Le jeune Comeau avait les mains et les pieds gelés. Il recouvra la vue le lendemain, ainsi que les deux frères Labrie. Il est étonnant, sans contredit, que les quatre naufragés aient pu échapper vivants à cette lutte terrible de trente-six heures. Il faut y voir la protection de la bonne sainte Anne, la patronne des Canadiens, qui ne l’invoquent jamais en vain ; mais après le secours du ciel, c’est à l’héroïsme de M. Comeau que l’on peut attribuer le salut de ces hommes.

L’opinion publique s’émut au récit des souffrances éprouvées par les naufragés, et de l’héroïsme qui les avait sauvés. Les deux frères Comeau reçurent, en récompense, le diplôme de Chevalier sauveteur des Alpes-Maritimes, avec médaille d’argent et émail ; le gouvernement du Canada leur donna aussi, à chacun, une belle lunette marine. En outre, l’honorable M. Masson, alors lieutenant-gouverneur de la Province de Québec, présenta une médaille d’argent à M. N.-A. Comeau. — En diverses autres circonstances, sept personnes échappèrent aussi à la mort grâce au dévouement du même héros, et, pour signaler des mérites si extraordinaires, la « Royal Humane Society » de Londres lui décerna un diplôme d’honneur avec médaille en bronze.

Si M. Comeau a rendu des services à l’humanité, il en a rendu aussi à la science. Malheureusement pour nous, ce sont les États-Unis qui ont surtout profité de sa coopération. Il s’est