Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La séance commença par l’interrogatoire de Hubert. Dès les premiers mots, Hubert ôta son chapeau. Cahaigne l’interrogea avec une gravité un peu théâtrale ; mais, quel que fût l’accent, on sentait un fond lugubre et sérieux.

Hubert dit ses deux prénoms : Julien-Damascène.

Hubert avait eu le temps de reprendre sa présence d’esprit. Il répondait avec précision et sans trouble. À un certain moment, comme on lui parlait de son retour par le département de l’Eure, il rectifia ainsi je ne sais quelle erreur de Cahaigne : — Pardon, Louviers est sur la rive droite et les Andelys sont sur la rive gauche.

Du reste, il n’avoua rien.

L’interrogatoire fini, on passa à la lecture des procès-verbaux de la commission, des témoignages et des pièces. Cette lecture, commencée dans le calme le plus profond, souleva une rumeur qui allait grossissant à mesure que les faits apparaissaient plus noirs et plus odieux. On entendait ces murmures étouffés :

— Ah ! le gueux ! Ah ! le scélérat ! Est-ce qu’on ne va pas l’étrangler sur place, ce chenapan ?

Au milieu de cette basse continue d’imprécations, le lecteur était forcé d’élever la voix. C’était Rattier qui lisait. Mathé lui passait les pièces. Beauvais l’éclairait avec une chandelle de suif dans un chandelier de fer. Le suif coulait goutte à goutte sur la table.

Après les dépositions des témoins lues, Rattier annonça qu’il arrivait à la pièce décisive. Le silence revint, un silence fébrile, inquiet, absolu. Charles me dit tout bas : — On entendrait voler un mouchard.

Rattier lut la lettre de Hubert à Maupas.

Tant que la lettre dura, on se contint ; les poings se crispaient ; quelques-uns mordaient leur mouchoir.

Quand le dernier mot fut lu :

— La signature ! cria le vieux Fombertaux.

Rattier dit :

— Signé Hubert.

Alors ce fut effrayant.

L’explosion éclata.

Le silence n’avait été que de l’attente mêlée de je ne sais quelle hésitation à croire une telle chose ; quelques-uns avaient douté jusque-là, et dit : Pas possible ! Quand cette lettre apparut, écrite par Hubert, datée par Hubert, signée par Hubert, évidente, réelle, incontestable, sous les yeux de tous, dans les mains de tous, le nom de Maupas écrit par Hubert, la conviction tomba au milieu de l’assemblée comme la foudre.