Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


duc d’Aumale… (chacun répondait : Non). Le président m’a aperçu et ne m’a pas reconnu, m’a enjambé, et a dit à mon voisin de droite : M. Saint-René Taillandier… puis M. de Loménie… Alors on a crié : — Mais vous oubliez M. Victor Hugo ! — Le président a dit : — Pardon, je ne le voyais pas.

Telle est ma rentrée à l’Académie.

Il y a eu huit ou dix scrutins. En somme on a réussi à remplacer MM. Lebrun, Vitet et Saint-Marc-Girardin.

Voici l’ordre des nominations :

Mézières 18 voix.
A. Dumas fils 22
Caro 18

Ainsi voilà l’Académie encarognée.

Cela a duré en tout une heure. À une heure un quart, je sortais.

Sont venus me dire bonjour : MM. Legouvé, Camille Doucet, Jules Favre, Rémusat et d’Haussonville. Dans la cour j’ai retrouvé la même haie de spectateurs et les mêmes saluts.

Le maximum des voix de M. Charles Blanc (soutenu par M. Thiers) a été 12. Le maximum des voix de M. Taine (soutenu par M. Guizot) a été 10.

J’avais devant moi le dos du duc d’Aumale. Il ne s’est pas retourné.

En rentrant, je suis allé voir les petits. Ils étaient dans mon cabinet dont ils ont fait leur chambre aux joujoux cassés. Jeanne tâchait de raccommoder un fourneau boiteux avec une patte de mouton à roulettes.

À dix heures je suis sorti. Louis Blanc est venu. Dumas fils est venu. Il m’a laissé sa carte[1].


26 février. — La veuve d’Albert Glatigny est morte. Deux âmes charmantes parties.


3 mars. — Taylor est venu me voir. Il a 85 ans. Nous ne nous étions pas parlé depuis quelque chose comme vingt-cinq ou trente ans[2]

  1. Carte collée en regard de la page du carnet :

    Mon cher Maître, j’ai voulu que ma première visite d’académicien fût pour vous. À tout seigneur tout honneur. Je vous embrasse.

    5 heures. 29 janvier 74.
    A. Dumas.


    (Note de l’éditeur.)

  2. Taylor, commissaire royal près le Théâtre-Français et fondateur de la Société des artistes dramatiques. (Note de l’éditeur.)