Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Autour sont les tombeaux de la famille Vacquerie. Prière. Amour.

Je suis resté là jusqu’à six heures du soir. Je suis entré dans l’église. L’église de Villequier est du xve siècle. Simple, mais belle et bien tenue.


13 septembre. — À deux heures et quart nous partons en voiture pour deux visites, l’une à la ruine de Bocheville, l’autre à la ruine de Jumièges. Nous arrivons à Bocheville à trois heures. Nous voyons tout ce qui reste de l’ancien monument, plus le cloître. Bocheville appartient aujourd’hui au duc de Stagpoole, protestant converti. À la mort de sa femme, il s’est fait prêtre, et il est camérier du pape.

Nous partons de là à quatre heures. Nous sommes à Jumièges à cinq heures. Nous en repartons à six heures et demie. Bocheville et Jumièges sont deux restes admirables.


17 septembre. — Vu de mon lit le mascaret.


18 septembre. — Je suis allé au tombeau. Prière. Ils m’entendent. Je les entends.


19 septembre. — À une heure un quart, départ pour Tancarville. Temps charmant. Pays charmant. Nous sommes à Tancarville à trois heures. C’est une ruine de forteresse sur une ruine d’écueil. Rien de plus beau. Nous visitons tout. Avant les réclamations de Lamartine à la Chambre des députés et de moi à la Chambre des pairs, la mer venait battre le pied du rocher. À présent il s’élève avec une vaste plaine à ses pieds.

Nous partons de Tancarville à quatre heures et demie et à cinq heures nous voyons Lillebonne. Très beau clocher du xve siècle qu’on répare en ce moment. Cirque romain, très curieux et très beau aussi. — Nous partons de Lillebonne à six heures et demie.

Rentrés à Villequier à huit heures. Magnifique journée.


20 septembre. — Arrivés à Paris à cinq heures.


1er novembre. — Envoi d’une couronne pour Charles et François-Victor par une ouvrière qui signe C. F. C’est la même. Elle ne veut pas se faire connaître. — L’homme porteur de la couronne, pressé par Mariette, a fini par dire le nom : Mme Clémence Florentin, 5, rue des Trois-Frères.