Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je ne me dissimule pas les chances de la tempête. Nous pouvons sombrer comme nous pouvons aborder ; je crois à deux possibilités : un naufrage horrible, un port magnifique. Que Dieu nous mène ! nous aidons Dieu.


À G. Hugelmann[1].

Pauvre cher poëte, mon frère, vos vers et votre lettre m’ont profondément touché. Les larmes me sont venues aux yeux. — Mais qu’avez-vous donc fait ? — Sitôt votre lettre reçue, j’ai couru, j’ai demandé votre libération ; j’ai rencontré des obstacles invincibles, des obstacles qui, j’en ai peur, seront plus forts que moi. — Je ne me décourage pas pourtant et je ferai de nouveaux efforts. — Hélas ! à quoi bon toutes ces haines ? — Quant à moi, je ne maudis que ceux qui sèment la colère. — Qui vous a poussés tous, dans ce triste mois de juin, à attaquer la société, la civilisation, la France ! — Vous étiez pourtant bien des cœurs généreux ! Qui donc a pu vous aveugler à ce point ? Il a bien fallu défendre ce que vous attaquiez. De là tout le mal. — Au fond, ce qui me désole, c’est que tout ce qui se passe, depuis un an, n’est qu’un horrible malentendu. — Vous, par exemple, il me semble qu’en une minute, vous me comprendrez. Quoi qu’il arrive, croyez à ma profonde sympathie. Je ne suis qu’un pauvre poëte, comme vous, mais mon cœur est avec vous ! — Je vous serre la main.

Victor Hugo.
Paris, 27 mars 1849.

P. S. — Croyez-moi, réfléchissez, voyez le néant de toutes les folles idées qu’on vous prêche. — Fantômes ! chimères ! mensonges ! Ou tout cela vous a-t-il conduit ? À des luttes désespérées et inégales contre des vérités éternelles[2]. Réfléchissez, vous qui êtes une intelligence. — Le propre des esprits élevés, c’est de ne pouvoir être longtemps des esprits passionnés. — Puisse-t-il se faire une révolution en vous comme dans Silvio Pellico ![3]

V. H.[4]
  1. Hugelmann était un insurgé de juin ; arrêté et emprisonné à Belle-Isle-en-Mer, il écrivit à Victor Hugo qui lui répondit aussitôt.
  2. On trouvera, p. 316, à la date du 30 octobre 1859, l’explication des lignes composées ici en italiques.
  3. Silvio Pellico, écrivain italien, poète, fut arrêté en 1820 sous l’inculpation d’affiliation aux sociétés secrètes ; c’était un patriote ardent, désirant l’indépendance et l’unité de l’Italie, et révolté du joug imposé par l’Autriche ; il fut incarcéré à Milan, puis connut les Plombs de Venise ; condamné à mort, sa peine fut commuée à la détention au Spielberg. Gracié enfin par l’empereur d’Autriche, il revint à Turin. Durant toutes ses captivités il se résigna et se tourna vers la religion. Il publia un livre qui le rendit célèbre : Mes prisons.
  4. Le Journal de Bordeaux, 1er juillet 1863.