Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


charmant, nous y aurons la mer, la verdure, une magnifique nature, et puis, ce qui vaut mieux que tout, le foyer, le cercle intime, la famille, toute la joie des cœurs qui s’aiment.

Mon Adèle chérie, sache-le bien, je ne puis vivre heureux qu’avec vous tous et par vous tous. Toi, ma fille, tu es ma douce et constante pensée. Oh ! quand te reverrai-je !

Je t’embrasse sur tes deux joues que je veux roses et fraîches. À bientôt, mon pauvre ange[1].


À Madame Victor Hugo.


Bruxelles, 30 mai.

Je te réponds tout de suite, chère amie, et tu auras cette lettre demain matin. Je l’envoie directement pour ne pas perdre de temps. Tout ce que tu as ébauché est très bien, continue, il est impossible de mieux faire. Chère amie, j’ai le cœur serré de penser que tu es seule là-bas et qu’il faut que tu obvies à tant de choses et d’affaires à la fois[2]. Mais, de mon côté, tu le sais, je travaille, je ne perds pas une minute.

Victor a écrit hier à Charles. Le pauvre enfant est frappé de quelque malheur, tu dois savoir ce que c’est. Il me demande de le recevoir ici. Nous lui avons écrit de venir tout de suite. Je pense qu’il nous arrivera mardi matin. Nous tâcherons de l’occuper et de le consoler. Mais tu vas être encore plus seule. Cela me fait hâter plus encore le moment où nous serons tous réunis, moment bienheureux, tu verras !

J’ai vu M. Piddington le lendemain de ton départ ; j’ai rectifié ses idées. Il a paru comprendre. J’ai écrit à T.-C.[3] une lettre dans le même sens. Je n’en crois pas moins l’affaire manquée, et je me tourne d’un autre côté. J’ai même trouvé moyen de tirer parti de cette déconvenue. C’est un mal dont il sortira peut-être un bien. Quoi qu’il en soit, je me lève de grand matin et je fais force de rames.

Tu verras sans doute Jules Janin. Dis-lui que Mme Guyon m’a remis sa belle, sa bonne, sa charmante lettre ; que je lui répondrai par le retour de Mme Guyon, et avant, si elle tarde ; que je le savais déjà un grand et bel

  1. Publiée en partie dans l’Histoire d’un crime. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  2. Il avait été décidé qu’on vendrait le mobilier.
  3. Trouvé-Chauvel.