Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mes prohibitions ne s’étendent pas le moins du monde à madame Parfait[1], pour laquelle je ne verrais du reste qu’un peu d’ennui dans ce labeur, et à qui j’offre mes hommages les plus empressés.

Dites, je vous prie, à mon cher poëte d’éditeur que je lui répondrai par le prochain numéro, la poste me pressant aujourd’hui[2].


À Paul Meurice[3].


Mardi 3 juillet [1855].

Encore moi. Je vous écris coup sur coup. Cher poëte, nous comptions recevoir aujourd’hui une lettre d’Auguste. Rien. Cela nous inquiète. Nous craignons que l’état de sa mère n’ait empiré, et vous devriez bien, excellent ami, nous tirer d’anxiété le plus tôt possible. Je pense que vous avez reçu toutes mes lettres depuis dix jours, celle du 24 juin en contenant trois autres (pour Paillard de Villeneuve. — Mme Abel. — Mme d’Aunet) et mes deux dernières du 30 juin et du 1er juillet. À ce propos, permettez-moi de vous renouveler la recommandation de ne remettre aucune réponse pour moi à M. Krafft (Edmond) que je ne connais pas particulièrement et auquel vous aurez à payer pour moi les 75 francs que je viens de tirer sur vous. Je suis honteux de toutes ces peines que je vous donne et de toute cette prose que je vous griffonne.

Écrivez-nous vite, envoyez-nous de bonnes nouvelles, et ayez un grand succès. — Dites à Auguste que son absence nous couvre d’ombre dans notre trou. Qu’il revienne bien vite. — À vous.

Ex intimo.
V.

Mme de Girardin. Quel malheur ! Il y a deux ans, elle était ici avec lord Raglan[4]. Les voilà morts tous deux presque au même moment. Pourquoi cette conjonction de fatalité entre ce lord quelconque et cette grande âme ? — Je viens d’écrire à Émile de Girardin. Nous sommes navrés de cette mort[5].

  1. Mme Parfait souhaitait lire avec son mari les épreuves des Contemplations.
  2. Louis Barthou, Impressions et Essais.
  3. Inédite.
  4. Feld-maréchal anglais, commandant en chef de l’armée anglaise pendant la guerre de Crimée. Il mourut du choléra à Sébastopol.
  5. Bibliothèque Nationale.