Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


jours. La note biographique extraite du dictionnaire commence ainsi : Thomas Torquemada, de la même famille que le précédent. — Or, je voudrais être fixé sur cette famille. Vous serait-il possible de la chercher dans la biographie du précédent. Que de peines je vous donne !

Vous remarquerez sur le titre que le mot Les Petites Épopées doit saillir un peu (par l’épaississement des lettres).

Avant de fermer cette lettre, je viens de lire les trois bonnes feuilles 4, 5, 6 du tome deux. J’ai donc tout revu, j’attends les autres. Il n’y a pas de nouveaux cartons à faire dans ces trois dernières feuilles. C’est donc en tout, dans ce que j’ai revu jusqu’à présent, quatre cartons. Soyez assez bon, cher ami, pour les recommander bien expressément aux imprimeurs.

Je finis par un barbarisme qui dit bien ce que je suis pour vous.

Tuissimus.
V[1].


À Hetzel.


Hauteville-House, 12 septembre [1859].

Je reçois votre lettre. Notre excellent et cher Parfait est parti (pour un motif d’ailleurs sacré et inattaquable) dans le moment le plus funeste. C’est la dernière qui est l’heure suprême ; à ce moment-là, habituellement tout le monde est à son poste, chacun a quelque fonction importante à faire dans l’ensemble, un fil cassé compromet tout. Or, c’est précisément (entre autres inconvénients) le fil entre vous et moi qui est cassé par l’absence de Parfait ; vous ne me donnez pas votre adresse à Spa ; je vous y envoie pourtant, à l’aventure, cette lettre directement, comptant sur le bon Dieu pour qu’elle vous parvienne. Le fils de Parfait qui ne m’envoie même pas les bonnes feuilles qu’il reçoit pour moi de Paris, m’inspire moins de confiance encore que le hasard.

Vous vous récriez de ce que j’ai dit que vous aviez peu de foi en ce livre. Mais avoir peu de foi en un livre de moi, ce n’est pas un tort, c’est tout au plus un inconvénient pour l’édition. Quant au fait en lui-même, je le crois exact. Et pourquoi ? Le savez-vous ? C’est que vous êtes très effaré de la chose du monde la plus simple. Vous m’annoncez avec anxiété que ce livre sera attaqué. Qui en doutait ? Furieusement. Pardieu ! Quel est celui de mes livres qui n’a pas été un combat ? Les moins mauvais sont les plus déchirés. Vous

  1. Bibliothèque Nationale.