Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


plaires. Soyez assez bon pour les transmettre de ma part au Siècle, aux Débats, au Courrier du Dimanche, au Messager. Si nous sauvions cet homme, ce héros, ce martyr, quelle joie ! et par-dessus le marché, sauver cet homme, ce serait sauver cette république. Tout serait bon dans le résultat.

Nous parlons sans cesse de vous ici. On compare Le Roi de Bohême et Fanfan la Tulipe ; on détaille ce qu’il y a de charmant ici, ce qu’il y a d’exquis là, on voudrait voir Mélingue, on voudrait contempler Mlle Page[1], on voudrait vous embrasser. Vous êtes l’enchanteur du drame. Vous jetez sur le théâtre une sorte de rayonnement où il y a de l’azur. Vos œuvres grandes et douces sont des reflets de votre âme.

À vous. À vous[2].


À Alexandre Dumas[3].


Hauteville-House, 11 décembre 1859.

C’est vous, heureux et cher Dumas, c’est vous que je veux féliciter du succès, et de tous les succès de votre fils[4]. Vous faites un couple admirable, le père mêlé au rayonnement du fils, le fils mêlé à l’auréole du père.

Oui, vous êtes un père prodigue, vous lui avez tout donné, drame saisissant, passion chaude, dialogue vrai, style étincelant, et en même temps, miracle tout simple dans l’art, vous avez tout gardé. Vous l’avez fait riche en restant opulent.

Moi aussi, j’ai des fils dont je suis fier, Dieu soit béni ! et c’est en ma qualité de père triomphant que je vous félicite, vous père glorieux.

Vous allez donc partir. Si j’étais Horace, comme je chanterais au vaisseau de Virgile ! Vous allez au pays de lumière, à l’Italie, à la Grèce, à l’Égypte ; vous allez faire le tour de l’eau de saphir ; vous allez voir la mer heureuse ; — moi, je reste dans la mer sinistre. Mon Océan envie votre Méditerranée.

Allez, soyez radieux, soyez grand, et revenez. Te referent fluctus !

Votre ami.
V. H.
  1. Mlle Page venait de créer le rôle de Mme de Pompadour dans Fanfan la Tulipe.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Cette lettre diffère un peu de celle publiée dans la Correspondance, en 1898 ; nous en avons trouvé le texte dans un brouillon conservé dans les archives de la famille de Victor Hugo.
  4. On venait de jouer de Dumas fils, au théâtre du Gymnase, Le Père Prodigue, le 30 novembre 1859.